International
URL courte
11521
S'abonner

Le représentant spécial de la France pour la Russie a déploré les inconvénients causés par la politique de sanctions à l’égard de Moscou et plaidé pour un «dialogue poussé» avec la partie russe en matière de sécurité européenne.

Les sanctions imposées à l’encontre de Moscou n’ont pas empêché la croissance de l’économie russe, a déclaré le représentant spécial de la France pour la Russie Jean-Pierre Chevènement.

«La Russie a eu un moment difficile en 2015, mais elle a retrouvé une trajectoire ascendante. Ses taux de croissance sont convenables; l'Union européenne est à 1,1%, quand la Russie croît de 2% par an, malgré les sanctions. Ces sanctions ont amené la Russie à se tourner vers l'Asie - la Chine, le Japon, l'Inde, la Corée, l'Indonésie, la Turquie, le Viêt Nam. Ce pays n'est donc pas du tout isolé, mais la part de l'Union européenne, notamment de l'Allemagne, dans le commerce russe a diminué; celle de la France aussi, puisque nous représentons 4% du marché russe, loin derrière l'Allemagne», a notamment indiqué M.Chevènement.

Intervenant mercredi 5 février devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, le responsable a jugé erronée l’idée selon laquelle les sanctions européennes avaient permis d’isoler la Russie sur la scène mondiale.

Dans le même temps, il a déploré l’attitude actuelle des banques françaises vis-à-vis de la coopération avec Moscou:

«Nos exportations ont cru de 0,3% en 2019, elles sont bloquées essentiellement par le comportement des banques françaises qui refusent d’accompagner les investissements sur le marché russe […]. C’est un point préoccupant», a souligné M.Chevènement.

Il a expliqué qu’après l’imposition des sanctions, Moscou s’est davantage tourné vers les États asiatiques, dont la Chine, le Japon, le Vietnam, l’Indonésie, l’Inde ou la Turquie, et a réorienté ses échanges commerciaux vers ces pays.

Pour un «dialogue poussé» avec Moscou

Selon lui, il est nécessaire de dialoguer avec la partie russe afin d’assurer la sécurité du continent européen:

«Nous devons faire de l’Europe un continent de paix, ce qui implique un dialogue poussé avec la Russie», a déclaré M.Chevènement, tout en louant le «grand mérite» du Président Macron qui avait «pris les initiatives» en la matière.

Jean-Pierre Chevènement a également annoncé son intention de se rendre à Moscou au début du printemps prochain afin de discuter de plusieurs questions relatives notamment aux technologies informationnelles, à l’exploration spatiale ainsi qu’à la culture.

Lire aussi:

Covid-19, en continu: près de 100.000 morts dans le monde, un nouveau transfert de malades depuis Paris
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
sécurité, France, Union européenne (UE), sanctions, Jean-Pierre Chevènement, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook