International
URL courte
6431
S'abonner

Un magasin d’applications analogue au Google Play Store sera bientôt testé dans plusieurs pays, dont la Russie, par Huawei, Xiaomi, Oppo et Vivo, indique Reuters. Selon les sources de l’agence d’information, les entreprises comptent ainsi concurrencer le géant américain.

Quatre géants chinois des télécommunications — Xiaomi, Huawei, Oppo et Vivo — ont l’intention de lancer une plateforme permettant aux utilisateurs hors de Chine de télécharger les applications sur leurs appareils. Un prototype de la plateforme sera testé en Russie, en Inde et en Indonésie, informe Reuters à ses sources.

Le lancement du programme pilote était initialement prévu pour le mois de mars. Mais il risque d’être retardé en raison de l’épidémie du coronavirus, précise l’agence.

Avis de sources anonymes

Toujours d’après les mêmes sources, les entreprises s’unissent pour concurrencer Google Play dans le cadre du projet Global Developer Service Alliance (GDSA). Elle vise à soutenir les développeurs en dehors de Chine et la sortie concomitante des applications pour les smartphones des fabricants concernés.

Selon la description officielle, GDSA cherche à faciliter le téléchargement des applications sur les appareils Android. Similaire à Google Play Store, la plateforme sera divisée en plusieurs catégories pour les développeurs de jeux et de programmes utilitaires, et pour les fournisseurs de musique et de vidéos.

Réactions des entreprises

Cependant, un porte-parole de Xiaomi, cité par Reuters, a nié l'implication de Huawei et a déclaré que la GDSA «sert uniquement à faciliter le téléchargement d’applications par les développeurs sur les magasins d’applications respectifs de Xiaomi, Oppo et Vivo simultanément. Il n'y a aucun intérêt concurrentiel entre ce service et le Google Play Store».

Les autres représentants des entreprises, membres de l’alliance, ont refusé de commenter le lancement de la plateforme, tout comme Google.

Sanctions contre Huawei

Après que le gouvernement américain a accusé Huawei d’espionnage et de collecte illégale de données, Google a interdit au géant chinois d’installer ses services sur les smartphones. Au vu de la situation, Huawei a lancé son propre système d’exploitation baptisé HarmonyOS, l’alternative à Google.

Lire aussi:

Marine Le Pen dévoile le nom de son ministre de la Justice en cas de victoire en 2022
Un jeune homme tué à coups de couteau et de tesson de bouteille dans le métro de Lyon
Appelés pour des cris et des insultes provenant d’un appartement, les policiers découvrent une drôle de situation
Le nombre journalier de cas de Covid-19 en baisse en France mais toujours au-dessus de 10.000
Tags:
Russie, Google, Xiaomi, Huawei
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook