International
URL courte
4313
S'abonner

Une violente bagarre suivie d’une série d’affrontements a eu lieu dans la nuit du 7 au 8 février entre des villageois du sud du Kazakhstan. Huit personnes sont mortes et 40 ont été blessées.

Au moins huit personnes ont été tuées et une quarantaine d'autres blessées dans une bagarre géante suivie d’affrontements survenue dans la nuit du 7 au 8 février entre des villageois du sud du Kazakhstan, a annoncé samedi 8 février le ministre de l'Intérieur de ce pays.

La rixe a tout d’abord impliqué 70 personnes «dans un état d’esprit agressif» dans un village situé à trois heures de route d'Amalty, la plus grande ville du Kazakhstan. Cette région abrite les Dounganes une minorité d’origine chinoise et de religion musulmane.

Selon le ministre, Yerlan Turgumbayev, des témoins, parmi lesquels figuraient «des provocateurs», filmaient les événements pour relayer ensuite les vidéos sur les réseaux sociaux, «les incitant aux actions illégales». Le conflit a pris de l’ampleur, environ 300 personnes arrivées d’autres villages rejoignant la bagarre.

Le ministère de l’Intérieur fait état d’une trentaine de maisons endommagées suite à des incendies criminels. Plus de 23 voitures ont été brûlées.

Un «conflit ménager» à l’origine

Les autorités ont déclaré qu’un «conflit ménager» avait été à l’origine des faits, pointant des «provocateurs qui incitaient à le faire passer» dans une dimension interethnique. 

Intervenant lors d'une réunion d'urgence du gouvernement dans la capitale Nur-Sultan, le Président Kassym-Jomart Tokaïev a affirmé que la situation était désormais sous le contrôle de la police et de la garde nationale. 47 personnes ont été placées en garde à vue.

Lire aussi:

La Turquie promet une riposte après la caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Ankara réagit vivement à une caricature d'Erdogan dans Charlie Hebdo
Didier Raoult: «C’est quelque chose que je ne prédisais pas»
Tags:
police, affrontements intercommunautaires, émeutes, Kazakhstan, bagarre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook