International
URL courte
4715415
S'abonner

Les forces syriennes ont attaqué un poste d'observation turc dans le nord du gouvernorat d'Idlib, tuant soldats et en blessant cinq autres, a annoncé le ministère turc de la Défense nationale.

Cinq soldats turcs ont été tués et cinq autres blessés lors d'une attaque de l'armée syrienne contre un poste d'observation dans le nord du gouvernorat syrien d'Idlib, a déclaré lundi 10 février le ministère turc de la Défense nationale.

«Cinq de nos soldats ont été tués et cinq autres blessés dans des tirs d’artillerie de l’armée syrienne non loin d’Idlib. Nous avons riposté», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Fahrettin Altun, chef du département des relations publiques de l’administration présidentielle turque, a exprimé ses condoléances aux familles des soldats tués en Syrie. 

Dans un message sur Twitter, il condamne les tirs des forces syriennes qui ont ciblé, selon lui, «non seulement la Turquie, mais aussi la communauté internationale».

Riposte turque

Selon M.Altun, la Turquie a riposté en direction des positions de l’armée syrienne d’où étaient venus les tirs contre son poste d’observation.

«Nous avons riposté à cette vile attaque, les cibles ennemies ont été détruites, le sang de nos soldats n'est pas resté sans vengeance», a écrit M.Altun sur Twitter.

Plus tard, le ministère turc de la Défense nationale a précisé que l'armée turque avait visé 115 cibles militaires en réaction aux tirs de l'armée syrienne à Idlib et en avait «neutralisé» 101, touchant trois chars, deux armes d'artillerie et un hélicoptère.

Le 3 février, des tirs de l'armée syrienne ont fait huit morts parmi les soldats turcs en Syrie, rappelle l'agence Anadolu. Selon le Président Erdogan, les tirs de riposte ont fait 76 morts au sein de l'armée syrienne.

M.Erdogan avait précédemment déclaré avoir appelé son homologue russe Vladimir Poutine à exercer des pressions sur le Président el-Assad pour que les forces syriennes arrêtent leur offensive dans le gouvernorat d’Idlib et se retirent des postes d’observation turcs jusqu’à fin février, menaçant de riposter militairement.

Zone de désescalade d’Idlib

Quatre zones de désescalade ont été mises en place en Syrie conformément aux ententes intervenues en mai 2017 à Astana (aujourd’hui Noursoultan), au Kazakhstan. Trois d’entre elles sont passées sous le contrôle de Damas en 2018.

La quatrième, située dans le gouvernorat d’Idlib et quelques régions des gouvernorats voisins de Lattaquié, de Hama et d’Alep, abrite plusieurs dizaines de formations armées et reste hors du contrôle des autorités syriennes. La plupart de son territoire est occupé par les terroristes du Front al-Nosra*.

En septembre 2018, la Russie et la Turquie se sont mises d’accord à Sotchi de créer une zone démilitarisée à Idlib.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Un garde-pêche roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
«Comportement de racailles»: deux maîtres-nageurs agressés et jetés dans une piscine de Melun
Trump explique ce qu’il considère comme «le plus gros problème dans le monde», la Russie impliquée
Les images de l'explosion de Beyrouth au ralenti et en haute définition
Tags:
Fahrettin Altun, forces armées turques, blessés, morts, Idlib, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook