International
URL courte
Le Concours Andreï Stenine 2019
0 40
S'abonner

L’exposition des vainqueurs du Concours international de photojournalisme Andreï Stenine 2019 a ouvert lundi au Conseil de l’Europe à Strasbourg avec la participation de la secrétaire générale de l’organisation.

Le correspondant photo de l'agence Rossiya Segodnya Andreï Stenine a été tué en 2014 près de Donetsk par un tir de l’armée ukrainienne.

La France est le dixième pays dans la feuille de route de la tournée de l’exposition. Les œuvres des lauréats ont déjà été exposées en Russie, en Hongrie, en Afrique du Sud, aux États-Unis, en Inde, en Italie, en Espagne, en Turquie et en Argentine.

Le représentant permanent de la Russie auprès du Conseil de l’Europe Ivan Soltanovskiy, la secrétaire générale du Conseil de l’Europe Marija Pejcinovic Buric ainsi que la superviseure du concours international de photojournalisme Andreï Stenine Oxana Oleinik sont intervenus à l’ouverture de l’exposition.

«Chaque photo montre une histoire humaine»

Le représentant permanent de la Russie auprès du Conseil de l’Europe a indiqué que les œuvres présentées montraient les différents aspects de la vie.

«Chaque photo montre une histoire humaine. Certaines photographies sont amusantes, d’autres sont très sérieuses, d’autres encore sont tragiques. Le travail du journaliste est de nous informer des différents aspects de la vie. Je crois que les œuvres des vainqueurs montrent les choses dont nous parlons beaucoup mais que parfois nous ne voyons pas de la même manière qu’eux [les photojournalistes]», a souligné Soltanovskiy.

«L’exposition nous rappelle également le prix que parfois, malheureusement très souvent, paient les journalistes pour leur professionnalisme», a-t-il souligné en rappelant la mort tragique de Stenine.

Marija Pejcinovic Buric a également noté la haute qualité des photographies.

«Ici, au Conseil de l’Europe, nous savons que la culture est le principal élément de notre identité et de notre cohésion… La qualité des photographies qui sont ici présentées montrent le grand talent des jeunes photojournalistes qui ouvrent de nouvelles perspectives dans leur métier. Dans un monde complexe plein de défis, c’est extrêmement important. Nous devons utiliser toutes les possibilités offertes par la communication afin d’entrer en contact avec le monde qui nous entoure, afin de promouvoir la perception et la compréhension», a-t-elle raconté.

À son tour Mme Oleinik a rappelé qu’en 2019 le concours avait soufflé ses cinq bougies.

«D’une année sur l’autre, le nombre de participants au projet augmentent et l’année passée n’a pas fait exception. Nous avons reçu 6.000 œuvres de 80 pays. C’est pourquoi le concours est véritablement international», a-t-elle relevé.

«Ce projet est très important pour nous parce qu’il a été créé en mémoire de notre collègue Andreï Stenine qui a été tué près de Donetsk en accomplissant son devoir professionnel. Il était jeune, il avait 33 ans et nous avons décidé d’organiser un concours pour les jeunes photographes afin de les soutenir au début de leur vie professionnelle», a expliqué Mme Oleinik.

Selon elle, l’exposition ouverte au Conseil de l’Europe et ayant été exposée dans différents pays ainsi qu’à l’Onu présente une trentaine d'œuvres de photojournalistes russes, allemands, français, égyptiens et d’autres pays.

«L’idée essentielle du journalisme, du photojournalisme est de dire la vérité. C’était le credo professionnel d’Andreï Stenine», a indiqué Mme Oleinik.

Parmi les photographes présentés à l’exposition il y a des reporters de la Russie, de l’Allemagne, de la France, de la Turquie, de l’Égypte, de l’Espagne, de l’Italie, du Portugal, des Philippines et de la Biélorussie. Il y a l’essentiel du photojournalisme qui se trouve incarné dans leurs clichés, à travers la photo dire la vérité au spectateur. L’exposition au Conseil de l’Europe se poursuivra jusqu’au 14 février.

«J’ai aimé de nombreuses œuvres. J’ai beaucoup aimé les photos consacrées à notre nature, à la Yakoutie et à la Sibérie. Les photos sur la lutte turque sont intéressantes. Les photos tragiques avec des réfugiés Rohingya à la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh… C’est une exposition d’un bon niveau professionnel», a confié à Sputnik le représentant permanent de la Russie auprès du Conseil de l’Europe.

A propos du concours

Le Concours international de photojournalisme Andreï Stenine, organisé par l'agence de presse Rossiya Segodnya sous l'égide de la Commission russe des affaires de l'UNESCO, se fixe pour objectif de soutenir les jeunes photographes et d'attirer l'attention de la société sur les enjeux du photojournalisme contemporain. Il s'agit d'une plateforme destinée aux jeunes photojournalistes - des personnes talentueuses, sensibles, ouvertes à la nouveauté, qui attirent notre attention sur les personnes et les événements qui nous entourent.

En 2019, les partenaires médiatiques généraux du concours étaient: le site d'information Vesti.ru, la chaîne nationale panrusse Rossia-Kultura. Les partenaires médiatiques internationaux du concours étaient: l'agence de presse et la radio Sputnik, l'agence de presse Askanews, le groupe médiatique Independent Media, l'agence de presse Notimex, l'agence de presse ANA, la chaîne et le site RT, Shanghai United Media Group (SUMG), le site du journal China Daily, l'agence de presse PNA, le site et journal AlYoum AlSabee, le site The Paper, le réseau médiatique Al Mayadeen, le site Renmin Ribao, l'agence de presse Prensa Latina, le groupe médiatique The Nation. Avec le statut de partenaires médiatiques sectoriels le concours est soutenu par: le site Russian Photo, le site Photo-study.ru, , l'Ecole des arts visuels, l'Académie de la photographie, le site d'information YOung JOurnalists , le magazine National Geographic Russia, le magazine Contrastes, le magazine Fotoargenta, le site All About Photo, le Club de la photographie de New Delhi, le magazine Cuartoscuro, le magazine EYE. La plateforme internationale partenaire du festival est PhotON.

Dossier:
Le Concours Andreï Stenine 2019

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Entre théories du complot et déclarations officielles, quel est l’élément déclencheur des explosions à Beyrouth?
Tags:
Strasbourg, Concours international de photojournalisme Andreï Stenine, Andreï Stenine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook