International
URL courte
Par
1264986
S'abonner

Le port du voile est-il «le choix de la personne»? Natalia Tambieva, islamologue et théologienne russe, appelle à interpréter les versets du Coran en prenant en compte notre époque et nos intérêts. Gros plan sur une vision «différente de celle masculine», celle de cette musulmane féministe qui aspire à l’égalité des sexes au sein de l’islam.

Lorsqu’une mère voilée au conseil régional a été victime des critiques de l’élu RN Julien Odoul, Marlène Schiappa était parmi celles et ceux qui ont pris la défense de cette femme. Le conseiller régional a fustigé une «provocation communautariste» intolérable, quand la secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a insisté sur le fait que la naissance du communautarisme provenait d’autres facteurs.

Du point de vue du féminisme musulman, le vêtement et l’apparence sont «le choix de la personne», indique dans un entretien à Sputnik la théologienne et islamologue russe Natalia Tambieva.

«Bien que la religion le prescrive, il ne peut y avoir de coercition», pointe la représentante de ce mouvement interne à l’islam qui aspire à l’égalité homme-femme au sein de la religion. «C’est un choix personnel, le choix d’une femme et non de ses parents, ni de son mari ni de sa culture ni de la société dans laquelle elle vit. Parce qu’il est possible de vivre en portant le voile seulement si c’est ton choix.»
Natalia Tambieva
© Photo / Natalia Tambieva
Natalia Tambieva

Natalia n’est pas née musulmane. Elle s’est convertie à l’islam à 19 ans. Elle affirme que la religion lui a permis de maintenir le contact avec Dieu sans aucun intermédiaire. Et le féminisme musulman tend à réinterpréter les sourates en les adaptant aux sociétés d’aujourd’hui.

Il n’y a pas de bons et mauvais

«La religion ne contraint à rien. C’est l’un des principes fondamentaux de l’islam. Or, on a tendance à l’oublier», insiste-t-elle. «Notre droit est le suivant: qui veut porter le hijab, le porte. Qui ne le veut pas, ne le porte pas. Cela étant, il n’y a pas de bon ou mauvais positionnement.»

Son choix est de porter le hijab. Elle a ressenti l’appréhension des autres, mais elle n’a pas pour autant abandonné le féminisme musulman qui est avant tout pour elle un champ d’étude.

Natalia Tambieva, théologienne, islamologue et féministe musulmane
© Photo / Natalia Tambieva
Natalia Tambieva, théologienne, islamologue et féministe musulmane

«Je crois avoir été la première [en Russie, ndlr] à utiliser le terme "féminisme islamique". Et il a suscité un débat enflammé, pas toujours très positif», reconnaît-elle. «Il existait une association féministe, pas très bien vue chez nous et ailleurs. Cette réaction est très semblable à celles qui peuvent se produire dans les communautés religieuses.»

Quels moyens pour lutter contre l’islamophobie?

Pour elle, la France a été l’un des symboles de la lutte contre le port du voile ou le burkini. En effet, un sondage Ifop de 2019 révélait que les Français étaient plus gênés à la vue d’une femme portant un burkini sur une plage que par une femme topless ou même nue.

Dans le même temps, nombreuses sont les séries télévisées américaines ou britanniques qui s’efforcent à démontrer une diversité: un couple homosexuel, des Afro-Américains, une femme en hijab, avance la chercheuse.

«Au Royaume-Uni, la maire d’une ville porte le hijab [Rakhia Ismail, maire d’Islington, ndlr]. On dirait en Europe que le Royaume-Uni et la France sont proches du point de vue des valeurs européennes, mais elles sont tellement éloignées.»

Toutes les musulmanes actives, qui souhaitent par exemple travailler voilées, se heurtent aux mêmes problèmes, constate Natalia. Dans la lutte contre l’islamophobie, elle assure que:

«Toute activité, toute intégration sociale — non seulement des femmes musulmanes, mais plus généralement des gens qui se positionnent comme musulmans — au lieu de se marginaliser, est en soi un acte contre l’islamophobie». Par types d’activité, elle entend la sensibilisation, la charité, le business, l’éducation.

Une vision féminine différente de celle de l’homme

Le processus de formation du féminisme islamique a débuté dans les pays occidentaux dans les années 1980, soit bien plus tôt qu’en Russie. C’est toujours lié au contexte, à la culture, à la perception, à l’état d’esprit, précise la féministe dont la thèse qu’elle est en train d’écrire porte sur le «Féminisme islamique dans le contexte de l’Histoire moderne de la Russie».

«Les musulmanes des États-Unis se sont lancées dans cette première vague en racontant ce qui se passait au sein de la société laïque, avec tous ces mouvements pour les droits de la femme. Puis, il y a cette deuxième vague qui reflète une position, une vision féminine qui peut être différente de celle masculine.»

C’est ce qui a servi de terrain d’expérimentation aux chercheuses du féminisme islamique qui ont conclu qu’«aucune œuvre théologique n’a été écrite par une femme en 15 siècles. Nous disposons seulement d’analyses et d’interprétations masculines», note-t-elle.

Lire le Coran et non ses interprétations

Puis, Natalia revient sur les origines du mouvement et constate que l’idée de ses pionniers était de consulter la source originale depuis laquelle il fallait proposer de nouvelles pistes d’exploration:

«Pas toutes ces œuvres classiques ont été créées dans le cadre de la première génération de l’islam. Certaines ont été écrites bien plus tard, au Moyen-Âge, au XVe et XVIe, ou même au XVIIIe et XIXe siècles. Mais, «comme certains processus politiques ont consolidé ces idées, il a existé pendant longtemps cette conviction qu’on ne pouvait rien changer et que tout avait déjà été écrit».

Tout le monde ne peut pas lire le Coran dans sa version, dans sa langue originale, donc beaucoup se servent des traductions et des interprétations rédigées par des chercheurs, souligne l’islamologue.

«Voici l’idée d’une vision féminine renouvelée: les œuvres de ces chercheurs ne sont pas la seule vérité. Nous avons la source d’origine que nous pouvons toujours lire en prenant en compte notre époque, notre perception et les intérêts des femmes», résume la théologienne.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
France, Russie, féminisme, islam, religion
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook