International
URL courte
7486
S'abonner

Une résolution visant à rogner les pouvoirs de Donald Trump a été approuvée ce 13 février par le Sénat des États-Unis et va maintenant être soumise à la Chambre des représentants, bien que le Président ait d’ores et déjà annoncé qu’il mettrait son veto.

Les sénateurs des États-Unis ont approuvé ce jeudi 13 février une résolution dont l’objectif est de contraindre Donald Trump à ne pouvoir lancer une opération militaire contre l’Iran qu'avec l’aval du Congrès.

La résolution a été votée par 55 voix pour et 45 contre, selon les médias. Ainsi, le document a obtenu le soutien non seulement des sénateurs démocrates, mais également celui de certains de leurs collègues républicains.

Les partisans de la résolution au Sénat affirment que leur objectif n’est pas de lier les mains à Donald Trump sur la scène internationale, mais d’accorder au Congrès entier le droit de décider avec qui les États-Unis doivent être en guerre.

Un veto inévitable

Le vote revêt pourtant un caractère plutôt symbolique, étant donné que le Président a d’ores et déjà annoncé qu’il mettrait son veto à cette résolution. Pour surmonter l'opposition du chef d'État, il faudrait à ses adversaires politiques disposer du soutien des deux tiers des sénateurs, ce qui n'est pas le cas actuellement.

La question de savoir qui doit prendre la décision d’éventuelles opérations militaires contre l’Iran est devenue d’actualité après que, le 3 janvier 2020, le général Soleimani a été assassiné à proximité de l'aéroport international de Bagdad dans une frappe ordonnée par Donald Trump.

L’opération avait été décidée personnellement par le Président des États-Unis, sans aucune consultation avec le Congrès.

Lire aussi:

Une rencontre entre Parly et son homologue britannique aurait été annulée sur fond de crise des sous-marins
Un homme frappé au sol par un policier lors d'une intervention en Seine-Saint-Denis, ouverture d'une enquête - vidéo
La lettre envoyée par Darmanin à la maison d’édition Nawa
Des F-35 au lieu des Rafale pour la Suisse: Paris dément avoir annulé la visite du Président helvète
Tags:
États-Unis, Iran, force
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook