International
URL courte
613577
S'abonner

S'exprimant lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, Emmanuel Macron a déploré un «affaiblissement de l'Occident», constatant l’inefficacité des sanctions imposées à la Russie et prônant un dialogue «exigeant» avec Moscou pour résoudre les différends.

Emmanuel Macron a déploré samedi 15 février un «affaiblissement de l'Occident», concomitant selon lui avec un «repli relatif» des États-Unis, contredisant les affirmations un peu plus tôt du secrétaire d'État américain Mike Pompeo.

«Nous allons être de plus en plus bousculés par d'autres projets et d'autres valeurs», a-t-il relevé lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, pointant «une forme de repli relatif» des États-Unis et une «reconsidération de leur relation» avec l'Europe.

«Réengager un dialogue stratégique avec Moscou»

Emmanuel Macron a estimé que la politique européenne de défiance menée ces dernières années envers la Russie avait échoué, prônant un dialogue plus actif afin de résoudre les différends.

«J'entends la défiance de nos partenaires, je ne suis pas fou, mais je sais qu'avoir de la défiance et être faible en étant voisins (…) ce n'est pas une politique, c'est un système totalement inefficace», a déclaré M.Macron à la Conférence de Munich sur la sécurité. «La grande différence avec les États-Unis, c’est que nous partageons le même espace» avec la Russie, a-t-il ajouté.

«Les sanctions nous coûtent au moins aussi cher qu’aux Russes»

«Les sanctions n’ont absolument rien changé en Russie, (…) nos sanctions et les contresanctions nous coûtent au moins aussi cher qu’aux Russes, si ce n’est pas plus cher, à nous les Européens mais pas à tout le monde, pour un résultat qui n’est pas très positif», a poursuivi le chef de l'État.

«Il y a un deuxième choix qui est d'être engageant et de relancer un dialogue stratégique parce qu’aujourd'hui on parle de moins en moins, on multiplie les conflits», a-t-il déclaré.

Crainte de «déstabilisation»

Malgré ses appels au dialogue avec Moscou, Emmanuel Macron a estimé que la Russie «allait continuer à essayer de déstabiliser» les démocraties occidentales.

«Je pense que la Russie continuera à essayer de déstabiliser, soit (via) des acteurs privés, soit directement des services, soit des "proxies"», a-t-il déclaré.

Lire aussi:

Un sénateur russe répond à Macron: l’Europe tombe dans le piège qu’elle a tendu à la Russie
Nord Stream 2: Gazprom répond aux USA qui pensent que la Russie est incapable d’achever le gazoduc
Où les bonnes manières (de la classe dominante) sont-elles passées?
Tags:
sanctions, Munich, Occident, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook