International
URL courte
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (89)
368335
S'abonner

La Russie et la Turquie ne doivent pas laisser les différends autour de la Syrie avoir un impact négatif sur le développement de leurs relations, non plus que sur l'approvisionnement des S-400 russes en Turquie, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu, au cours de la Conférence sur la sécurité qui se déroule à Munich.

Les divergences avec la Russie autour de la situation à Idlib ne devront pas affecter la livraison des systèmes de défense russes S-400 à la Turquie, d’après le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Cavusoglu.

Interrogé par des journalistes si l’aggravation de la situation en Syrie et surtout à Idlib pouvaient avoir un impact sur la mise en œuvre du contrat de livraison des S-400 à la Turquie, le ministre a répondu que cela n’était pas le cas, car il s’agissait de «deux questions différentes».

«Nous ne changerons pas nos principes et nos politiques à cause d'un désaccord avec tel ou tel pays. Nous ne devons pas laisser le problème syrien saper notre coopération et nos relations. C'est pourquoi nous travaillons ensemble», a ajouté le diplomate.

Auparavant, Sergueï Lavrov avait déclaré que la Turquie n'était pas en mesure de respecter plusieurs engagements clés pour résoudre les problèmes autour d'Idlib.

Sergueï Lavrov sur les relations russo-turques

Intervenant à Munich, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné que son pays et la Turquie aveint de très bonnes relations, mais que cela ne voulait pas dire qu'ils devaient avoir la même opinion sur toutes les questions.

«Nous avons de très bonnes relations avec la Turquie. Cela ne signifie pas que nous devons être d'accord sur tout», a déclaré Sergueï Lavrov lors de la conférence de Munich.
Dossier:
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (89)

Lire aussi:

Une rixe d’une rare violence filmée en pleine rue à Fleury-Mérogis – vidéo
Après le Covid-19, la Chine voit ressurgir un virus mortel transmis par les tiques
Une «cause extérieure»: le capitaine qui a transporté le nitrate d'ammonium parti en fumée à Beyrouth s’exprime
Tags:
Sergueï Lavrov, Russie, Turquie, S-400
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook