International
URL courte
191726
S'abonner

Alors que les gouvernements se préparent à négocier fin 2020 un nouvel accord de l'Onu sur la préservation de la nature, 23 anciens ministres des Affaires étrangères du monde entier ont lancé un appel à une action urgente.

Vingt-trois anciens ministres des Affaires étrangères ont attiré l’attention sur la crise climatique et appelé à fixer un objectif mondial pour protéger au moins 30% des terres et des océans d’ici 2030.

«L’humanité est au bord du précipice: elle risque de provoquer une perte irréversible de biodiversité et une crise climatique qui met en péril l’avenir de nos petits-enfants et des générations à venir», ont indiqué les diplomates dans leur déclaration publiée par l’Institut Aspen.

Parmi les signataires de la déclaration figurent entre autres l’ancien secrétaire général de l’Otan et ex-Haut représentant pour la politique étrangère de l’UE Javier Solana, l'ancienne secrétaire d'État américaine Madeleine Albright, les anciens Premiers ministres Giorgos Papandréou (Grèce) et Lamberto Dini (Italie), ainsi que les anciens ministres des Affaires étrangères Joschka Fischer (Allemagne), Lloyd Axworthy (Canada), Amr Moussa (Égypte), Tzipi Livni (Israël), Mohamed Benaïssa (Maroc), Knut Vollebaek (Norvège) et Jaime Gama (Portugal).

Protéger au moins un tiers des terres et océans

«Nous appelons résolument les dirigeants mondiaux à fixer des objectifs ambitieux lors de la prochaine réunion de la conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra à Kunming, en Chine, fin 2020. Plus précisément, nous endossons l’adoption d’un objectif mondial consistant à instaurer une protection substantielle d’au moins 30% des terres et 30% des océans d’ici 2030», indiquent les diplomates dans leur déclaration.

Ce texte a été publié à la veille d’une réunion à Rome du groupe de travail chargé de préparer la conférence COP15 sur la diversité biologique de Kunming.

Initialement programmée aussi à Kunming, la réunion du groupe de travail a été transférée au siège de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à Rome après que l’épidémie de coronavirus COVID-19 a éclaté en Chine.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
Tags:
biodiversité, FAO, protection de l'environnement, écologie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook