International
URL courte
221648
S'abonner

En dépit d’un accord parrainé en 2018 par la Russie et la Turquie, Ankara n’a pas assuré le retrait des armements lourds de la zone démilitarisée d’Idlib qui est aujourd’hui le théâtre de tensions, a indiqué le porte-parole de la présidence russe.

La Turquie n’a pour l’instant pas rempli les engagements sur la Syrie qu’elle avait pris il y a plus d’un an à Sotchi, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov.

En vertu des documents signés par Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan, Ankara s’engageait à assurer l’éloignement, la séparation et le retrait des armements lourds de la zone démilitarisée en Syrie, a-t-il ajouté, s’exprimant sur la chaîne Rossiya 1. Or, des terroristes sont toujours présents à Idlib et continuent de bénéficier d’un soutien leur permettant d’obtenir des équipements, des munitions et du matériel militaire, a poursuivi le porte-parole.

Poutine «préoccupé» par les «actions agressives» des djihadistes

Recep Tayyip Erdogan, le 3 février
© REUTERS / Turkish Presidential Press Office
La situation dans le gouvernorat d'Idlib a été vendredi 21 février au cœur d'un entretien téléphonique entre Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine, l’occasion pour le chef d’État russe d’exprimer sa préoccupation pour «les actions agressives auxquelles se livrent les groupes extrémistes».

Les deux Présidents ont convenu d'intensifier les pourparlers au sujet d'Idlib pour désamorcer les tensions et obtenir un cessez-le-feu.

Recep Tayyip Erdogan avait précédemment qualifié de «guerre» la situation s’étant aggravée ces derniers jours à Idlib.

Lire aussi:

Le monde menacé d’une crise alimentaire, alerte l'Onu
La NASA prépare une frappe sur un astéroïde fonçant vers la Terre
Un rapport remis par le Pr Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
L'Algérie va attaquer France 24 en justice pour des «propos haineux» et convoque l'ambassadeur de France
Tags:
Dmitri Peskov, Sotchi, Idlib, Syrie, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook