International
URL courte
Le COVID-19 en Europe (258)
4121
S'abonner

Les habitants de plusieurs villes de la Lombardie, dans le nord de l’Italie, où une flambée de nouveau coronavirus a été enregistrée à la fin de la semaine dernière, ont littéralement vidé les magasins d’alimentation. À Milan, on voyait dimanche de longues files d’attente à la caisse dans les supermarchés jusqu’à très tard dans la nuit.

Des Milanais avec des caddies ou des paniers débordant de victuailles de toute sorte à la caisse tout au long de la journée de dimanche, c’est plutôt inhabituel, a indiqué à Sputnik un certain Giacomo, 55 ans, après s’être rendu dans deux supermarchés du centre de la capitale du nord italien où a été enregistrée une multiplication rapide des cas de contamination au nouveau coronavirus.

«C’est seulement avant Noël qu’on pourrait voir chez nous quelque chose de pareil. Les magasins sont pleins de monde. Les chariots débordent de vivres, alors que les gens achètent des produits qu’on peut garder longtemps, qu’il s’agisse de nouilles, de conserves ou de viandes fumées. Vers le soir, les rayons de bien des supermarchés se sont avérés pratiquement vides», a raconté l’interlocuteur de l’agence.

Pour lui, il ne s’agit toutefois pas pour le moment d’un effet de panique.

«On ne dirait pas que les gens soient gagnés par la peur. Ils prennent plutôt des mesures de précaution. Dans la ville de Codogno, par exemple, où a été dépisté le premier cas de contamination au coronavirus en Lombardie, et dans certaines agglomérations voisines, toute la production et tout le commerce sont à présent provisoirement suspendus. Et il s’est tout à coup avéré que bien des magasins locaux étaient fermés, y compris à cause de la suspension de livraisons de marchandises. Aussi, les gens ont-ils décidé de constituer des réserves en cas d’aggravation éventuelle de la situation avec le virus», a supposé le Milanais.

Intervenant lundi sur les ondes de RTL 102.5, le président de la région Lombardie, Attilio Fontana, a appelé la population à ne pas céder à la panique et à poursuivre sa vie habituelle, promettant que les livraisons de marchandises dans les magasins seraient garanties.

L’Italie est le pays européen le plus touché par le coronavirus

Les premiers cas de transmission locale du COVID-19 ont été enregistrés en Italie le 21 février et dès le lendemain la première mort des suites du virus y a été constatée. D'autres issues tragiques n'ont pas tardé à suivre.

Ce lundi 24 février, le bilan des victimes du coronavirus en Italie est de six personnes. En outre, ce pays, où plus de 200 cas d'infection au COVID-2019 ont été recensés au cours de ces derniers jours, arrive en tête des pays européens en termes de nombre de malades.

Depuis qu’a démarré l’épidémie de pneumonie virale en décembre en Chine, les cas les plus nombreux en Italie ont été recensés en Lombardie et en Vénétie. Suite à la situation qui s'est créée, une série de mesures ont été mises en place, allant de la mise de villes en quarantaine à l'arrêt du carnaval de Venise.

Dossier:
Le COVID-19 en Europe (258)

Lire aussi:

Ayant fait le tour des réseaux sociaux, ces jaunes d’œufs étonnants attirent l'attention de chercheurs- vidéo
Elle refuse de porter un masque, son interpellation dégénère - vidéo
«On peut le dire haut et fort, Didier Raoult se trompe!»: l’hydroxychloroquine à nouveau désapprouvée dans une étude
Tags:
alimentation, Covid-19, Milan, Lombardie, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook