International
URL courte
8303
S'abonner

Le porte-parole du Kremlin a assuré de non-ingérence russe dans la présidentielle américaine, dénonçant des «accusations gratuites» lancées avec un «acharnement obsessionnel».

Moscou a rejeté de nouvelles accusations d’«ingérence» lancées par Washington à son encontre à l’approche de l'élection présidentielle américaine de novembre prochain.

«Des accusations gratuites, dénuées de fondement, sont encore et encore lancées contre la Russie avec un acharnement obsessionnel pour dénoncer une certaine ingérence. Nous l’avons à plusieurs reprises catégoriquement rejeté», a déclaré le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

«Nous insistons sur le fait qu’il n’y a aucune ingérence et qu’il n’y en a pas eu. La Russie ne s’ingère pas dans les affaires des autres et nous nous opposons catégoriquement à ce que qui que ce soit s’ingère dans les affaires russes», a-t-il ajouté.

Accusations américaines

Le 21 février, à la veille des primaires démocrates dans le Nevada, une polémique a enflammé les États-Unis autour de nouveaux soupçons d’ingérence russe dans les élections. La chaîne CNN, citant des responsables du renseignement américain, a affirmé que la Russie cherchait à aider Donald Trump à être réélu. De son côté, le journal Washington Post, citant ses propres sources, a déclaré que Moscou tentait de favoriser Bernie Sanders, le rival démocrate de prédilection de Trump.

Le milliardaire républicain a traité de «mascarade» ces informations. Bernie Sanders a lui aussi rejeté ces allégations, ajoutant qu’il n’avait pas besoin d’aide et appelant Moscou à «se tenir à l’écart» des élections.

Lire aussi:

«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Trump déclare que la mouvance antifa sera reconnue comme organisation terroriste
Mort de George Floyd: il menace des manifestants avec un arc et un couteau à Salt Lake City - vidéos
Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
Tags:
Donald Trump, ingérence, États-Unis, Dmitri Peskov, Kremlin, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook