International
URL courte
6932132
S'abonner

Pour le chef de la diplomatie russe, il est peu probable que l’Alliance atlantique s’immisce dans la situation à Idlib où l’armée turque fait face aux forces syriennes.

L’évolution de la situation dans la zone d’Idlib en Syrie ne correspond à aucun article de la charte de l’Otan, estime le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

«Je ne crois pas que ce qui se passe aujourd’hui en Syrie corresponde à une des situations prévues par le traité de Washington qui a entériné le caractère purement défensif de l’Alliance atlantique et prévoit des mesures de rétorsion en cas d’attaque visant un pays membre de l’Otan», a indiqué le chef de la diplomatie russe.

Une montée des tensions

Ces déclarations interviennent dans le sillage de l’offensive lancée par les terroristes contre les forces gouvernementales à Idlib. L’armée syrienne a riposté, faisant des morts dans les rangs des militaires turcs qui se trouvaient aux côtés de terroristes, selon la Défense russe.

Au total, 33 soldats turcs ont été tués et une trentaine d’autres blessés dans l’attaque, après quoi la Turquie a demandé à l’Otan, dont elle est membre, de mener des consultations sur la situation en Syrie. Le Président Recep Tayyip Erdogan s’est également entretenu au téléphone avec son homologue russe Vladimir Poutine après les bombardements à Idlib.

Auparavant, Sergueï Lavrov avait reproché à la partie turque de ne pas séparer à Idlib l’opposition armée prête à dialoguer avec Damas et les terroristes.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
Idlib, Turquie, Syrie, OTAN, Sergueï Lavrov
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook