International
URL courte
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (88)
6412618
S'abonner

Le ministère turc de la Défense a déploré la mort d’un de ses soldats, alors que deux autres ont été blessés dans un pilonnage des forces syriennes.

Au lendemain de la frappe aérienne qui a coûté la vie à une trentaine de soldats turcs, la Défense de leur pays a déploré la mort d’un autre de ses collègues, alors que deux autres ont été blessés dans le gouvernorat d'Idlib.

«Un soldat turc a trouvé la mort et deux autres ont été blessés sous des tirs d’artillerie des forces du régime [syrien, ndlr]», a annoncé le ministère turc de la Défense.

D'après le département militaire, les soldats turcs s’y trouvaient dans l’objectif d’«assurer le cessez-le-feu».

Selon les dernières informations du ministère, dans la région d’Idlib 56 cibles syriennes ont été éliminées, ainsi que huit chars, quatre véhicules blindés, cinq obusiers et deux lance-roquettes ont été neutralisés.

33 victimes

Dans la nuit du 27 au 28 février, l’armée syrienne a contre-attaqué les forces turques, tuant au total 33 militaires et en blessant une trentaine d’autres. Les soldats turcs se trouvaient aux côtés de terroristes, a constaté la Défense russe.

La Turquie a demandé à l’Otan de mener des consultations sur la situation en Syrie. Le Président Recep Tayyip Erdogan s’est également entretenu au téléphone avec son homologue russe, Vladimir Poutine, après les bombardements à Idlib.

Dossier:
Montée des tensions à Idlib entre la Turquie et la Syrie (88)

Lire aussi:

«Secret Défense»: la base aérienne 110, un cluster du coronavirus que la France tente de couvrir?
Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
La Russie a mis au point un test de dépistage du Covid-19 de haute précision
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Tags:
ministère turc de la Défense nationale, forces armées turques, Syrie, Idlib, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook