International
URL courte
11875
S'abonner

Après qu’une frappe de représailles américaine a ciblé cinq dépôts d’armes en Irak, la diplomatie irakienne a convoqué les ambassadeurs américain et britannique.

Le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué vendredi 13 mars les ambassadeurs des États-Unis et du Royaume-Uni après des frappes nocturnes de représailles américaines ayant fait au moins six morts en Irak.

«Le chef de la diplomatie [irakienne, ndlr] a organisé une réunion d’urgence avec la participation d’adjoints et conseillers du ministère afin de discuter des mesures en lien avec l’attaque américaine, et a demandé de convoquer les ambassadeurs américain et britannique à Bagdad», a affirmé le porte-parole du ministère, Ahmad al-Sahhaf.

Le ministère a dénoncé dans un communiqué une «agression américaine» après que Washington a envoyé ses avions bombarder les dépôts d’armes du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah.

Représailles US

Mercredi 11 mars, plus de 15 roquettes ont été tirées sur la base d’Al-Taji, laquelle abrite des forces de la coalition anti-Daech* conduite par les États-Unis. Trois militaires ont été tués et 12 autres blessés, ainsi que des militaires irakiens, a indiqué à Sputnik le porte-parole du Commandement unifié des forces armées irakiennes Tahsin al-Khafaji.

L’attaque de roquettes menée contre Al-Taji a été suivie d’une frappe des États-Unis visant cinq dépôts d’armes du groupe armé chiite irakien Kataeb Hezbollah. Le service de presse des forces de l’ordre irakienne a déploré par la suite six morts dans les raids américains.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

En Australie, démission d'un ministre sur fond de scandale autre que celui sur les sous-marins
Vaccination contre le Covid-19: au Togo, le gouvernement opte pour une stratégie de «la peur»
Des F-35 au lieu des Rafale pour la Suisse: Paris dément avoir annulé la visite du Président helvète
Tags:
Irak, États-Unis, Royaume-Uni, raid, Bagdad
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook