International
URL courte
18790
S'abonner

Un ex-colonel de l’armée syrienne a révélé que les militaires américains stationnés à At-Tanf entraînaient des radicaux à commettre des actes de sabotage dans diverses provinces du pays.

Arrêté en février par les services du contre-espionnage, l’ex-colonel de l’armée syrienne Soultan Aïd Abdella a avoué avoir été entraîné par des spécialistes américains en vue de commettre des opérations de sabotage. Selon lui, la partie états-unienne forme et envoie des radicaux à Idlib pour déstabiliser la situation dans la région.

«Après la formation par des instructeurs américains, ils étaient envoyés à l’est, vers l’Euphrate, pour frapper des installations pétrolières et des infrastructures situées sur le territoire contrôlé par le gouvernement en vue d’intimider les gens», raconte l’ex-officier aux militaires syriens qui ont transmis l’enregistrement de leur conversation à des journalistes russes.

Il affirme que les Américains ont par la suite réduit le financement destiné aux radicaux et leur ont proposé de mener des «opérations» à l’extérieur de la zone de 55 kilomètres autour de leur base à At-Tanf.

«Une partie des radicaux ont été envoyés dans la province de Hassaké, et d’autres à Idlib», poursuit-il.

«Aucun problème avec les armes»

Des spécialistes américains apprenaient aux combattants à utiliser des armes automatiques et leur fournissaient des produits alimentaires et des vêtements.

«Il n’a eu aucun problème avec les armes. C’étaient les militaires américains qui nous les livraient. Les armes étaient acheminées via l’Arabie saoudite et la Jordanie», a fait savoir l’ex-colonel.

Et de conclure que les radicaux recevaient notamment des armes produites dans des pays membres de l’Otan, «les meilleures» d’après M.Abdella.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
terrorisme, radicaux, États-Unis, Al-Tanf, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook