International
URL courte
Le COVID-19 en Europe (258)
261289
S'abonner

La pandémie de coronavirus est une crise internationale pendant laquelle les pays doivent s'entraider, a répondu le secrétaire général de l'Otan à une question sur l’envoi de spécialistes russes en Italie. Maria Zakharova a pour sa part souligné la nécessité du principe d'entraide entre les pays.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, a commenté ce mercredi 1er avril l'aide envoyée par la Russie à l’Italie pour aider le pays à lutter contre la propagation du virus.

«Les pays doivent décider de quel type d'aide ils ont besoin. Il s'agit d'une crise internationale et nous devons nous entraider. Les membres de l'Otan y contribuent, d'autres pays y contribuent. Cette aide dépend des besoins et des demandes de chacun. C'est ce que je peux dire au sujet des différents types d'assistance que certains membres [de l’Otan, ndlr] reçoivent», a déclaré Stoltenberg lors d'une vidéoconférence.

Réponse de Zakharova

La porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakhartova a réagi à cette déclaration sur sa page Facebook.

«Tous les pays doivent s'entraider en principe», a-t-elle écrit, ajoutant que les États doivent faire le maximum pour prévenir les crises.

L’aide russe à l’Italie et aux États-Unis

15 avions militaires russes avec à abord des brigades de virologues et de l'équipement ont été envoyés entre le 22 et 25 mars en Italie pour contrer l’épidémie. Le 16e avion a atterri à Vérone le 30 mars. Il transportait 30 respirateurs artificiels et des fournitures médicales.

La Russie a également envoyé ce 1er avril un avion militaire aux États-Unis chargé de masques de protection et d’équipements médicaux.

Dossier:
Le COVID-19 en Europe (258)

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Des chasseurs russes interceptent deux bombardiers américains au-dessus de la mer Noire
Tags:
Covid-19, aide, Italie, Russie, OTAN
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook