International
URL courte
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (73)
6426
S'abonner

Après l’annonce sur la mort d’un détenu contaminé par le coronavirus dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, où se trouve le lanceur d’alerte Julian Assange, WikiLeaks a exprimé son inquiétude sur Twitter.

WikiLeaks a de nouveau exprimé sa préoccupation, mardi 7 avril, par l’état de santé de son fondateur, Julian Assange, après que la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres, où il est détenu, a confirmé la première mort due au Covid-19.

«Il y a deux semaines, le juge a refusé de libérer Julian Assange sous caution en disant que M.Assange et les autres prisonniers seraient en sécurité dans la prison de Belmarsh. Aujourd'hui, la BBC signale le premier décès à Belmarsh, et de nombreux autres prisonniers sont infectés», a indiqué WikiLeaks sur Twitter.

La chaîne de télévision BBC avait précédemment annoncé, citant des documents internes, que neuf personnes détenues dans les prisons du pays, et notamment un détenu de Belmarsh, étaient décédées après avoir contracté le coronavirus.

Assange dans la prison de Belmarsh

Incarcéré, le fondateur de Wikileaks risque d’être extradé vers les États-Unis où il encourt 175 ans de prison. Sur fond de propagation du Covid-19 et préoccupés par l'état de santé de Julian Assange, ses avocats ont demandé sa remise en liberté sous caution.

Cette demande a été rejetée le 25 mars par la Westminster Magistrates' Court qui a statué que M.Assange devait rester en prison.

 

Dossier:
Julian Assange détenu à la prison londonienne de Belmarsh (73)

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
WikiLeaks, prison de Belmarsh, coronavirus SARS-CoV-2, Covid-19, Julian Assange
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook