International
URL courte
397
S'abonner

Alors que la pandémie de coronavirus ne cesse de se propager, provoquant la faillite de plusieurs entreprises, l’industrie aéronautique s’avère être aussi menacée face à la désertion de ses activités. Selon un expert interrogé par Radio-Canada, il faudra jusqu’à trois ans pour restaurer le trafic aérien, et ce malgré le soutien de l’État.

Face à la pandémie de coronavirus, les aéroports connaissent une chute de fréquentation et auront du mal à restaurer le trafic aérien malgré un soutien de l’État dès la fin de la crise, rapporte Radio-Canada.

Ainsi à l’aéroport Pearson de Toronto, le nombre de vols est passé d’environ 1.300 par jour à seulement 350, ce qui constitue un quart du trafic normal, selon un porte-parole de ce grand hub aérien. L’aéroport Pierre-Elliott Trudeau à Montréal a enregistré une baisse de 84% avec seulement 80 vols au lieu des 500 vols habituels.

L’aéroport de Calgary qui affirme avoir vu une baisse de 98,5% du nombre de passagers s’attend à une perte de 40% à 50% de ses revenus en 2020.

Dans d’autres pays, la même situation est observée en Europe. Ainsi en France, la baisse de fréquentation est si forte que le deuxième aéroport du pays, Paris-Orly (Val-de-Marne), a fermé ses portes mardi 31 mars. Tous les vols commerciaux ont été redirigés vers l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle.

En Allemagne, la fréquentation de l'aéroport de Francfort, le plus important du pays, a également chuté lors de la dernière semaine de mars, de 91% par rapport à la même période en 2019, selon les chiffres relayés par Le Figaro.

Le personnel est également touché

Cependant les aéroports ne sont pas les seuls à souffrir de cette baisse de fréquentation car les personnels qui travaillent autour sont également touchés, selon Merhan Ebrahimi, directeur du groupe d'études en management des entreprises de l'aéronautique de l’École des sciences de la gestion de l'Université du Québec à Montréal (UQÀM).

Selon les calculs des observateurs de l’industrie aéronautique, les compagnies aériennes subiraient des pertes qui seraient de 200 à 300 milliards de dollars dans le monde, rapporte M.Ebrahimi au media. En outre, les revenus des aéroports proviennent en grande partie de ces compagnies qui leur paient des droits pour utiliser leurs infrastructures, y décoller et y atterrir, par exemple.

Si les activités s’arrêtent, provoquant le renvoi de 90% du personnel, il n’est pas certain que ces salariés et leurs compétences soient accessibles de la même manière une fois que la crise sera finie, souligne le professeur.

Une période nécessaire pour se rétablir

Selon Merhan Ebrahimi, bien que tous les gouvernements allouent des fonds pour soutenir les principaux aéroports, la consommation de voyages aériens n’atteindra pas son niveau d’avant-crise avant des mois, car les passagers auront souffert de problèmes financiers et seront encore en proie à la peur.

Il estime que si aucun autre facteur ne vient affecter l’aviation, il faudra de deux ans et demi à trois ans pour que le secteur se rétablisse.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
«Louis de Funès is back»: quand Jean Castex cherche des lunettes posées sur son nez – vidéo
Tags:
Covid-19, Montréal, avion, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook