International
URL courte
15942
S'abonner

La France a réagi à la décision de Donald Trump de suspendre la contribution des États-Unis à l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en pleine crise du coronavirus. Selon la porte-parole du gouvernement, Paris «regrette» et espère un «retour à la normale».

La France «regrette» la décision de Donald Trump de suspendre la participation financière de son pays à l’OMS en pleine pandémie, a déclaré mercredi la porte-parole du gouvernement.

«C'est une décision que nous regrettons», a annoncé Sibeth Ndiaye à l'issue du conseil des ministres, en indiquant que Paris espérait «un retour à la normale» pour que l'Organisation puisse poursuivre son travail.

«Nous regrettons à chaque fois qu'il y ait une encoche dans le multilatéralisme, que cette encoche ait lieu», a-t-elle souligné.

Décision du Président américain

Donald Trump a demandé mardi soir à son administration de cesser de financer l'OMS, estimant qu’elle avait «failli à ses devoirs essentiels» dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et devait en «être tenue pour responsable».

Plusieurs pays dénoncent cette initiative

La décision américaine de couper les vivres à l'OMS a suscité la consternation internationale de l'UE à la Chine en passant par l'Union africaine.
Le patron de l'Onu, Antonio Guterres, a vivement critiqué cette initiative, jugeant que ce «n'est pas le moment de réduire le financement» des organisations combattant la pandémie.

«Nous devons travailler en étroite collaboration contre le Covid-19. Un des meilleurs investissements est de renforcer les Nations unies, en particulier l'OMS», a souligné le chef de la diplomatie allemande, Heiko Maas.

Cuba a pour sa part dénoncé la «mesure égoïste» de Washington.

La «seule préoccupation» de l'OMS est d'aider les pays luttant contre le virus, a commenté Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation, sur son compte Twitter: «Il n'y a pas de temps à perdre. La seule préoccupation de l'OMS est d'aider tous les peuples à sauver des vies et à mettre fin à la pandémie de Covid-19».

Lire aussi:

Traversée de l’Algérie avec un âne: le challenge qui passe mal sur les réseaux sociaux
Bill Clinton se fait masser par une accusatrice de Jeffrey Epstein sur des clichés de 2002 – photos
Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Tags:
Sibeth Ndiaye, OMS, Donald Trump, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook