International
URL courte
222638
S'abonner

Le gouverneur démocrate de l’État de New York, Andrew Cuomo, privilégie la piste européenne concernant l’introduction du coronavirus et déplore la décision trop tardive de Donald Trump d’interdire les voyages pour empêcher sa propagation.

Lors de son point de presse quotidien du vendredi 24 avril, le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo a évoqué les recherches indiquant que les souches du coronavirus étaient arrivées depuis l’Europe, vraisemblablement depuis l’Italie, et non de la Chine.

Faisant référence à une étude de l’Université Northerstern, il a supposé que plus de 10.000 New-yorkais pourraient avoir été déjà contaminés par le coronavirus au 1er mars, date à laquelle l’État a confirmé son premier cas d’infection.

Des restrictions tardives

Il a noté à ce propos que Donald Trump avait ordonné la suspension des voyages en provenance de Chine le 2 février, un mois après les premières informations sur l’épidémie dans la ville chinoise de Wuhan et que les restrictions sur les arrivées en provenance d’Europe avaient été imposées le mois suivant.

Le gouverneur démocrate a précisé qu’à ce moment le coronavirus s’était déjà répandu à travers les États-Unis, laissant entendre qu’en agissant plus tôt l’administration Trump aurait pu sauver davantage de vies.

Il s’est félicité d’avoir réagi plus rapidement que n’importe quel autre gouverneur américain en annonçant des mesures de confinement 19 jours après la confirmation d’un premier cas d’infection à New York.

Le dernier bilan de l’épidémie aux États-Unis fait état de 927.000 cas confirmés et de 52.400 décès. 101.000 Américains ont guéri.

Lire aussi:

Violent incendie en cours dans un entrepôt à Aubervilliers, la fumée visible depuis Paris - images
Valls ministre des Affaires étrangères? Une note secrète dévoilée par Marianne évoque un possible remaniement
Deux policiers US poussent un homme de 75 ans qui finit en sang sur le trottoir – vidéo choc
Tags:
Andrew Cuomo, Europe, New York
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook