International
URL courte
116130
S'abonner

Le pouvoir en Libye passe désormais à l’armée, selon un message télévisé diffusé ce lundi 27 avril par le maréchal Khalifa Haftar, qui a également annoncé son retrait de l'accord politique sur la formation du gouvernement d'union nationale conclu en 2015.

Khalifa Haftar, le maréchal libyen, a annoncé ce lundi 27 avril son retrait de l'accord politique qui a conduit à la formation du gouvernement d'union nationale, proclamant en outre que le pouvoir passait à l’armée. Son message télévisé a été diffusé par le bureau des médias des forces armées libyennes.

En s'adressant au peuple, il a souligné que ce dernier avait répondu à l'appel de sortir de l'accord politique qui a «détruit le pays» et à l'appel de mandater celui qu'il juge comme étant «le plus digne pour diriger le pays à cette étape».

Et d'ajouter que «les Libyens avaient mandaté le commandement général [de l'Armée nationale libyenne, ndlr] pour cette mission historique».

«Nous sommes fiers que les Libyens aient autorisé le commandement général à mettre fin à l'accord politique dans ces circonstances exceptionnelles afin qu'il fasse partie de l'histoire», a déclaré Haftar dans son message.

Le 23 avril, Haftar avait appelé ses concitoyens à rejeter l'accord politique conclu en 2015 à Skhirat, dont le résultat avait été la recherche de la formation d'un gouvernement d'union nationale.

Le Parlement n'a pas commenté pour l'instant l'annonce du maréchal, précise l'AFP.

La lutte politique en Libye

Plongée dans le chaos depuis 2011, la Libye est divisée en deux camps rivaux entre le gouvernement d'entente nationale (GEN) dirigé par Fayez el-Sarraj, qui siège à Tripoli et est reconnu par la communauté internationale, et un gouvernement parallèle soutenu par le maréchal Khalifa Haftar, dans l'est du pays.

Lire aussi:

Macron: quand «votre famille parle l'arabe, c'est une chance pour la France»
L’hiver arrive: la France est-elle dans une situation «prérévolutionnaire»?
Caricatures de Mahomet: Daech «prépare des attentats en Europe à Noël», selon un ex-agent du MI6
Une «méga-catastrophe» menace les États-Unis, selon des experts
Tags:
Khalifa Haftar, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook