International
URL courte
Par
341167
S'abonner

La Maison-Blanche intensifie ses accusations vis-à-vis de la Chine, alors que le bilan économique et sanitaire du Covid-19 est particulièrement lourd aux États-Unis. Une stratégie très risquée dans un contexte où l’économie réelle ne tient qu’à un fil. Quels peuvent être les objectifs rationnels de Donald Trump en attaquant ainsi Pékin?

En pleine année électorale, Donald Trump continue de jouer serré, quitte à déstabiliser des marchés financiers qui lui sont chers. Son secrétaire d’État, Mike Pompeo, s’en est ainsi pris avec virulence à la Chine le 3 mai, sur la chaîne ABC. «La Chine est connue pour infecter le monde», a lancé le chef de la diplomatie américaine. Et celui-ci de renouveler les accusations de Washington contre Pékin sur la gestion de la crise pandémique:

«Nous pouvons confirmer que le Parti communiste chinois a tout fait pour que le monde ne soit pas averti à temps. Il y a beaucoup de preuves. Ils ont expulsé des journalistes, des professionnels de la santé en Chine ont été réduits au silence, toutes ces choses qu’un régime autoritaire fait», a accusé le secrétaire d’État.

«C’est de cette manière que le Parti communiste agit, c’est une entreprise de désinformation communiste classique», a-t-il encore martelé, ressuscitant à l’occasion une rhétorique digne de la Guerre froide. Et pour enfoncer le clou, Mike Pompeo a également repris les accusations de Donald Trump selon lesquelles le virus aurait fuité du fameux laboratoire chinois P4 de Wuhan. «Il existe des preuves immenses que c’est de là que c’est parti», a-t-il affirmé. Certes, les services secrets avaient pointé la responsabilité de la Chine, l’accusant d’avoir minimisé «intentionnellement» l’ampleur de l’épidémie dans sa phase initiale, début janvier 2020. Mais cette même communauté du renseignement américain avait toutefois aussi conclu que le coronavirus ne pouvait pas être lié à une telle fuite. Ce 4 mai, la Télévision centrale de Chine (CCTV) a qualifié de «déments et imprécis» les propos du secrétaire d’État américain

Les marchés financiers nerveux

Alors que l’Administration Trump ne peut ignorer que ces déclarations auront pour résultat d’envenimer la guerre diplomatique entre Pékin et Washington, quel est le but de la manœuvre? D’autant que cette nouvelle offensive de la Maison-Blanche a toutes les chances de relancer une autre guerre, économique et financière, celle-là. Ce 4 mai, les marchés financiers encaissaient déjà le coup. À Paris, le CAC 40 avait perdu 3,53% à la mi-journée, tandis que l’indice boursier européen STOXX 600 cédait 2,35%. Et, alors que les Bourses du Japon et de Chine sont fermées ce 4 mai, les autres places asiatiques ont plongé.

«La crainte dans les salles de marché est d’avoir une intensification de la guerre commerciale qui s’ajoute à la crise économique et sanitaire, ce qui reviendrait à hypothéquer toute perspective de reprise rapide de l’activité», a commenté Christopher Dembik, responsable de l’analyse macroéconomique chez Saxo Bank.

«Cette peur pourrait en outre réduire à néant les efforts des Banques centrales qui ont réussi avec brio, en l’espace de quelques semaines, à éviter que la crise économique ne se transforme en crise financière», a-t-il ajouté. Pourquoi alors Donald Trump prend-il de tels risques? Le Président américain, candidat à sa propre succession, poursuit sans doute plusieurs buts.

Ingérence russe versus ingérence chinoise

En premier lieu, sa stratégie électorale apparaît comme le pendant des accusations d’ingérence russe lancées par le Parti démocrate lors de la campagne électorale de 2016. L’enquête sur la prétendue collusion avec la Russie n’a rien pu prouver, mais elle aura plombé l’essentiel de son mandat.

Réponse du berger à la bergère, le American First Action PAC, plus grand groupe de soutien au Président sortant, a lancé une opération visant à démontrer que le candidat du Parti démocrate, Joe Biden, serait beaucoup trop proche de la Chine. Dans la veine des surnoms péjoratifs que Donald Trump attribue à ses rivaux, comme Ssleepy Joe» pour Joe Biden («Joe le fatigué») ou «crooked Hillary» («Hillary la malhonnête»), ce groupe a lancé le 1er mai le site «Beijing Biden», «Pékin Biden» en anglais. «En négligeant la menace chinoise, Joe Biden met en péril les emplois et la sécurité nationale américains», accuse ainsi le site Beijingbiden.com. Et d’avancer, sans autre forme de procès:

«Ses liens familiaux corrompus avec l’élite chinoise posent de sérieuses questions au sujet de sa probité et de ses motivations secrètes.»
Capture d'écran du site Beijingbiden.com
© Photo.
Capture d'écran du site Beijingbiden.com

En second lieu, Donald Trump peut ainsi reprendre le thème du nationalisme économique qui lui est cher et qu’il avait condensé dans son slogan de campagne «Make America Great Again». En 2017, à peine élu, il avait en effet menacé les industriels américains –notamment l’industrie automobile sous-traitant au Mexique– de lourdes taxes.

Imposer la guerre économique contre la Chine dans sa campagne

Concernant la Chine, le Président sortant avait déjà relancé le bras de fer commercial fin août 2019. «C’est une guerre commerciale qui aurait dû avoir lieu il y a un certain temps», avait-il alors déclaré. «Nous travaillons depuis plusieurs années sur [la réduction de la dépendance de nos chaînes d’approvisionnement en Chine, ndlr], mais nous avons désormais enclenché le turbo sur cette initiative», a expliqué à Reuters Keith Krach, sous-secrétaire d’État américain à la Croissance économique. Et de préciser que Washington pourrait annoncer rapidement de nouvelles mesures de représailles.

Une question demeure pourtant: est-ce vraiment le bon moment pour provoquer la Chine?

Lire aussi:

Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Tags:
diplomatie, guerre commerciale, pandémie, coronavirus SARS-CoV-2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook