International
URL courte
6114
S'abonner

L’autopsie d’un chat euthanasié suite à des problèmes respiratoires et cardiaques a révélé que deux de ses organes étaient touchés par le coronavirus, selon El Pais.

l y a environ une semaine, des experts du Centre de recherche en santé animale (Cresa) de Barcelone ont reçu le cadavre d'un chat. L’animal appartenait à une famille catalane dont plusieurs membres avaient été infectés par le coronavirus, relate El Pais.

Ses propriétaires l'ont emmené chez le vétérinaire car il présentait des difficultés respiratoires, avait un très faible taux de plaquettes et une insuffisance cardiaque. Le vétérinaire a décidé de l’euthanasier et d’envoyer son corps au Cresa.

Les chercheurs ont analysé plusieurs organes concernant la présence ou non du coronavirus. Ils l'ont trouvé dans deux d’entre eux: la cavité nasale et un ganglion lymphatique près de l'intestin.

Victimes collatérales de la pandémie

«Cela montre que des chats parfois très isolés peuvent être des victimes collatérales de la pandémie, mais il y a très peu de chances qu'ils infectent les gens», a expliqué au journal Natalia Majo, directrice du Cresa.

Menace pour le monde animal

Début avril, un chat a été testé positif en France après avoir probablement été infecté par ses propriétaires. L’École nationale vétérinaire d’Alfort qui l’avait annoncé, a recommandé aux personnes malades d’appliquer une distanciation avec leur félin.

La menace pèse également sur les grands singes. Une étude parue sur le site bioRxiv  en avril  met en évidence que les singes d’Afrique et d’Asie sont «susceptibles d'être très sensible au SRAS-CoV-2,  ce qui représente une menace critique pour leur survie».

Aux États-Unis, un carlin a été testé positif au Covid-19 et les vétérinaires préviennent que les  autres «races brachycéphales» dont le trait distinctif est un museau aplati et un cou court pouvaient être vulnérables

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
chats, Covid-19, Barcelone
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook