International
URL courte
192363
S'abonner

Le ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, le Land allemand frontalier de la France, a demandé que la réouverture de la frontière française soit accélérée bien que le gouvernement fédéral ait précédemment affirmé que cela pourrait déclencher une nouvelle vague d’infections au Covid-19.

Armin Laschet, ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, réclame la réouverture de la frontière française.

«Nous devons en toute urgence ouvrir la frontière avec la France», a-t-il déclaré au journal Stuttgarter Zeitung en prévision du prochain déconfinement français.

«Le confinement doit prendre fin le 11 mai. Ce serait un bon moment pour montrer à notre voisin que nous souhaitons une réponse commune européenne dans la lutte contre la pandémie», a-t-il ajouté.

Armin Laschet a suggéré que le gouvernement allemand devrait adopter la même mesure à l’égard de l’Autriche.

En Allemagne, un groupe de députés du bureau de l’Assemblée parlementaire franco-allemande ont eux aussi appelé le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, à accélérer la réouverture des postes frontaliers.

Le Luxembourg voit des risques à la coexistence transfrontalière 

Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères Jean Asselborn lui a adressé une lettre signalant que la fermeture des frontières et les contrôles qui y étaient liés n’étaient pas justifiés et engendraient un «mécontentement croissant dans la population des deux pays» et risquait de porter «de très graves atteintes à la coexistence transfrontalière et à l’économie régionale».

Le ministre allemand insiste pour sa part sur le fait que l’ouverture précoce des frontières pourrait anéantir les efforts de l’Allemagne pour endiguer l’infection.

Les restrictions frontalières, mises en place à la mi-mars, doivent durer en Allemagne jusqu’au 15 mai.

Lire aussi:

Sang, sueur et larmes: des chercheurs désignent les ingrédients pour créer du béton sur Mars
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Contrôle de police à Stains: «J'ai cru que c'était des voleurs, des agresseurs», affirme le conducteur blessé par balles
Tags:
France, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, frontière
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook