International
URL courte
5609
S'abonner

Dans un article en 24 points, les autorités chinoises ont répondu à ce qu’elles considèrent comme les «mensonges et allégations absurdes» diffusés par les médias et les politiques américains. Un nouvel épisode dans la «guerre des mots» qui oppose Pékin à Washington sur le Covid-19.

Le ministère des Affaires étrangères chinois a publié sur son site une longue réfutation de ce qu’il qualifie comme vingt-quatre «mensonges et allégations absurdes», diffusés par les médias et politiques américains. Dans cet article de plus 11.000 mots, l’administration en question revient en particulier sur l’hypothèse d’une fabrication du virus en laboratoire, estimant que «toutes les preuves disponibles» accréditent la piste d’un virus d’origine naturelle.

Les autorités chinoises estiment également avoir fait preuve de transparence dans leur communication, et réfute l’arrestation du Dr Li Wenliang, l’un des premiers médecins à avoir alerté sur l’existence du virus et qui est décédé le 7 février dernier à Wuhan.

Le communiqué aborde également d’autres questions sujettes à polémiques, comme l’influence de Pékin sur l’OMS ou la propagation du virus par la consommation de chauve-souris.

Une guerre des mots

Cette publication intervient dans u n contexte diplomatique tendu, alors que Washington a critiqué ces dernières semaines la gestion de la crise sanitaire par Pékin. Le gouvernement américain accuse en particulier les autorités chinoises de ne pas divulguer des informations d’importance.

Le 3 avril dernier, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, avait en outre annoncé en conférence de presse qu’un «nombre significatif de preuves» pointaient en direction d’un laboratoire de la ville de Wuhan, épicentre de la pandémie.

«La Chine est connue pour sa propension à infecter le monde et à utiliser des laboratoires ne respectant pas les normes. Ce n’est pas la première fois que le monde est mis en danger à cause de virus provenant de laboratoires chinois», avait-il expliqué devant les caméras.

De même, en mars dernier, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Zhao Lijian, avait rejeté la responsabilité de l’épidémie sur l’armée américaine, estimant sur Twitter que celle-ci aurait pu «amener l’épidémie à Wuhan».

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Tags:
Mike Pompeo, Wuhan, Covid-19, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook