International
URL courte
81034
S'abonner

Après un scandale provoqué par le titre «Les experts souhaitent savoir pourquoi le coronavirus n’a pas tué plus de Russes», Bloomberg a dû deux fois apporter des modifications à son article sur la mortalité due au Covid-19.

L’agence Bloomberg a de nouveau corrigé ce dimanche 17 mai le titre de son article du 13 mai sur une prétendue «minimisation» du taux de mortalité pendant l’épidémie de coronavirus en Russie, qui avait déjà provoqué des critiques du ministère russe des Affaires étrangères.

La version actuelle de l’article a comme titre «Des experts mettent en doute les données russes sur le nombre de décès dus au Covid-19».

Au début, l’article qui met en doute l’authenticité des statistiques russes était intitulé «Les experts souhaitent savoir pourquoi le coronavirus n’a pas tué plus de Russes» et la deuxième version du titre était «Les experts se demandent pourquoi le coronavirus n’a pas tué plus de Russes».

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, avait précédemment commenté les deux premiers titres de l’article, rappelant les propos du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, qui avait accusé la Russie et la Chine d’avoir diffusé de fausses informations quant à la situation épidémique. Selon Mme Zakharova, «un coup de départ de la campagne de désinformation contre la Russie dans le contexte de la pandémie a été donné».

Deux médias accusent Moscou de manipuler les chiffres

Le 13 mai, le Financial Times et le New York Times ont affirmé que le nombre de victimes du Covid-19 en Russie serait 72% supérieur au bilan officiel. Les journalistes ont tiré cette conclusion en n’étudiant que les données sur la mortalité à Moscou et à Saint-Pétersbourg, sans tenir compte des informations provenant des autres régions russes.

La vice-Première ministre russe Tatiana Golikova a alors déclaré que la Russie ne manipulait pas les statistiques.

Le ministère russe des Affaires étrangères a rédigé des lettres réclamant que les médias publient un démenti. Les ambassades de Russie aux États-Unis et au Royaume-Uni ont envoyé ces lettres aux rédactions du Financial Times et du New York Times.

L’OMS fait confiance aux chiffres russes

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), de son côté, ne croit pas que le taux de mortalité soit sous-estimé en Russie.

«À ce stade, je ne vois rien de si terrible qui permettrait de dire que la Russie ne veut pas signaler la mortalité due au coronavirus», a déclaré la représentante de l’OMS en Russie, Melita Vujnovic, à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Lire aussi:

Un drone filme une foule détruire une colonne entière de voitures de police à Philadelphie – vidéo
Une nouvelle vidéo montre ce qui se passe juste avant la mort de George Floyd
La taxe qui avait provoqué le mouvement des Gilets jaunes remise sur la table par un conseiller de Macron
Tags:
Bloomberg, mortalité, Russie, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook