International
URL courte
15909
S'abonner

Ali Khamenei, guide suprême iranien, a affirmé dimanche que les États-Unis seraient «expulsés» d'Irak et de Syrie, relate l’AFP.

Les États-Unis «ne resteront ni en Irak ni en Syrie. Ils doivent se retirer et seront certainement expulsés», a dit l'ayatollah Khamenei lors d'une rencontre virtuelle avec des étudiants, selon son site officiel.

«Même les dirigeants de certains alliés des Américains [...] détestent les hommes d'État et le gouvernement américains. Ils ne leur font pas confiance», a-t-il soutenu.

Les forces américaines interviennent en Syrie et en Irak dans le cadre de la coalition internationale antidjihadiste. Leur présence en Irak, où l'Iran est aussi une puissance agissante, est remise en cause depuis un pic de tensions entre Washington et Téhéran.

Selon lui, cette détestation est due au «bellicisme des Américains, qui aident des gouvernements malfamés, entraînent des terroristes et apportent un soutien inconditionnel à l'oppression grandissante par le régime sioniste» mais aussi à la «terrible gestion américaine du coronavirus».

L'Iran est lui de loin le pays le plus touché par la maladie au Moyen-Orient avec près de 7.000 morts.

Tensions entre les deux pays

Les tensions irano-américaines n'ont cessé de croître depuis le retrait unilatéral des États-Unis en 2018 de l'accord sur le nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines contre Téhéran.

Les deux pays ont semblé au bord de l'affrontement direct en juin 2019 après qu'un drone américain a été abattu par l'Iran dans le Golfe.

En janvier 2019, le général iranien Qassem Soleimani a été tué dans un tir américain à Bagdad. L'Iran a répliqué avec le tir de missiles sur deux bases irakiennes où étaient stationnés des troupes américaines.

Après la mort de Soleimani et de son lieutenant irakien dans le tir américain, le Parlement irakien a voté l'expulsion des quelque 5.000 soldats américains du pays, une décision qui n'a pas été appliquée par le gouvernement.

Lire aussi:

Selon le Pr. Raoult, «le Lancet demande des comptes aux auteurs» de l’étude publiée
Alger rappelle «immédiatement» son ambassadeur à Paris après les documentaires sur le Hirak
Une nouvelle carte du déconfinement rendue publique lors du discours du Premier ministre
Tags:
États-Unis, Irak, conflit syrien, dossier syrien, crise syrienne, Syrie, ayatollah Ali Khamenei
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook