International
URL courte
2731181
S'abonner

Le Président américain a annoncé ce jeudi 21 mai son intention de retirer les États-Unis du traité Ciel ouvert. De son côté, Moscou rejette toute tentative de justifier ce retrait de l’accord par des questions techniques.

Accusant la Russie de ne pas respecter les termes de cet accord, Donald Trump a annoncé jeudi 21 mai son intention de retirer les États-Unis du traité Ciel ouvert qui autorise une surveillance aérienne pacifique des territoires des pays participants.

«Je pense que nous avons de très bonnes relations avec la Russie, mais la Russie n'a pas respecté le traité donc tant qu'ils ne le respecteront pas, nous nous retirerons. Mais il y a de très bonnes chances que nous puissions parvenir à un nouvel accord ou faire quelque chose pour revenir à l’accord [actuel, ndlr]», a déclaré Trump aux journalistes.

Réaction de Moscou

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexandre Grouschko a indiqué auprès de Sputnik qu’«il n'y a[vait] eu aucune violation du traité de la part de la Russie».

Il a souligné que le traité Ciel ouvert était un accord multilatéral et que la décision des États-Unis aurait des conséquences pour les pays de l'Otan qui avaient tous adhéré à l'accord.

«Le retrait des États-Unis de cet accord portera non seulement atteinte aux fondements mêmes de la sécurité européenne et aux instruments de sécurité militaires qui sont toujours en vigueur, mais aussi aux intérêts clés des alliés américains en matière de sécurité», a-t-il déclaré.

D'après lui, il faut poursuivre les discussions sur ces questions techniques que Washington tente de présenter comme le moyen que la Russie utilise pour violer le traité.

«Nous rejetons toute tentative de justifier le retrait de cet accord fondamental par la présence de certains problèmes techniques. Je rappelle que tout traité dans le domaine de la sécurité militaire est, en règle générale, très compliqué. Mais s'il y a une volonté politique […] tous les problèmes peuvent être résolus grâce à la coopération», a-t-il ajouté.

Traité Ciel ouvert

Le 8 octobre 2019, Eliot Engel, membre de la Chambre des représentants des États-Unis, a évoqué la possibilité pour son pays de quitter le traité Ciel ouvert. Sans préciser d’où provenaient ses informations, il a admis que le retrait de Washington du traité pourrait représenter une menace pour l’intégrité de l’Otan.

Le traité Ciel ouvert a été signé le 24 mars 1992 à Helsinki. Il prévoit des vols de surveillance non armés sur la totalité du territoire des États membres et vise à renforcer la compréhension et la confiance mutuelle en permettant à tous ses participants de jouer un rôle direct dans la collecte d'informations sur les forces militaires des autres pays membres. Les États-Unis l'ont ratifié en 1993 et la Russie en 2001. Le document est entré en vigueur le 1er janvier 2002.

Lire aussi:

Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Beyrouth: jusqu'à 300.000 personnes sans domicile après les explosions, la moitié de la ville touchée
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Tags:
Traité Ciel ouvert, États-Unis, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook