International
URL courte
31529
S'abonner

Dans un message publié sur son compte Twitter mercredi 20 mai, Donald Trump s’en est pris à la fois à la Chine et à Joe Biden, son concurrent, le candidat démocrate à la présidentielle américaine, accusant l'Empire du milieu de chercher à jouer la carte de ce dernier.

Donald Trump a réussi à insulter et son concurrent aux élections présidentielle Joe Biden et la Chine dans un même tweet mercredi 20 mai. Le Président des États-Unis s'en est pris à l’empire du Milieu, accusant le pays de complicité avec «l’Endormi», qualificatif dont il affuble Joe Biden.

«La Chine est en campagne de désinformation massive parce qu'ils veulent désespérément que Joe Biden l’Endormi remporte la présidentielle pour qu'ils puissent continuer à arnaquer les États-Unis, comme ils l'ont fait pendant des décennies, jusqu'à ce que j’arrive!», a-t-il écrit sur son compte Twitter.

En outre, Donald Trump a critiqué les autorités chinoises et accusé Pékin de réagir tardivement à l’épidémie.

«Ils auraient pu facilement arrêter la peste, mais ils ne l'ont pas fait!».

Un ultimatum à l’OMS

Plus tôt, le Président des États-Unis a déclaré que son pays cesserait complètement de financer l'OMS et reconsidérerait son appartenance à l'organisation si elle ne présentait pas «des améliorations notables» en ce qui concerne la gestion de la crise sanitaire dans le mois à venir.

«Si l'OMS ne s'engage pas à des améliorations notables dans un délai de 30 jours, je vais transformer la suspension temporaire du financement envers l'OMS en une mesure permanente et reconsidérer notre qualité de membre au sein de l'organisation», a ainsi tweeté M.Trump.

La Chine sur le banc des accusés

La Chine a été très critiquée à plusieurs reprises par Trump et son administration. En mars, le dirigeant américain avait accusé Pékin d'avoir informé tardivement la communauté internationale de l'épidémie de Covid-19. Selon Trump, il serait préférable que les autorités des autres pays l’aient su quelques mois plus tôt.

Lire aussi:

Un contrôle du couvre-feu tourne mal dans la Loire
«Rien ne nous fera reculer, jamais»: Macron fait montre de fermeté suite aux appels au boycott et aux propos d’Erdogan
L'assassinat de Samuel Paty, une autre pomme de discorde entre la France et la Turquie
Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Tags:
épidémie, santé, Chine, politique, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook