International
URL courte
92012
S'abonner

Alors que la Commission européenne doit présenter le 27 mai son instrument de relance économique, la fortune américaine George Soros trouve que si l’Union n’émet pas des obligations perpétuelles pour tendre la main aux pays le plus grièvement touchés, elle ne serait pas capable de survivre.

Pour le milliardaire George Soros, la survie de l’Union européenne est en jeu à moins qu’elle n’émette des obligations perpétuelles pour aider les pays membres les plus touchés par la pandémie, telle l’Italie, informe l’agence Reuters.

«Si l’Union européenne est incapable de l’envisager à ce stade, elle ne sera peut-être pas capable de survivre aux défis auxquels elle fait face actuellement», indique l’agence citant ses propos tenus lors d’un échange avec des journalistes effectué par courriel.

Et d’expliquer qu’il ne s’agissait pas d’une possibilité théorique, mais que cela pouvait être une «réalité tragique», a-t-il ajouté.

L’Italie, l’homme malade de l’Europe

Comme il l’estime, si l’assouplissement des règles en matière d’aides d’État ont profité à l’Allemagne, il a été injuste pour l’Italie, qui «était déjà l’homme malade de l’Europe»et ce avant que le coronavirus ne la frappe de plein fouet.

Pour rappel, la Commission européenne va présenter la semaine prochaine un instrument de relance économique et ce pour sortir l’Union de la récession provoquée par la pandémie de Covid-19.

Lire aussi:

Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Départ de sept nouveaux députés de LREM à l'Assemblée pour rejoindre un 10e groupe
Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Tags:
Covid-19, Union européenne (UE), George Soros
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook