International
URL courte
11525
S'abonner

Lors d’une réunion de la Commission militaire centrale présidée par Kim Jong-un, de nouvelles mesures destinées à renforcer la «dissuasion nucléaire» du pays communiste ont été évoquées.

Sur fond de rapports selon lesquels l’administration américaine a discuté de la possibilité de mener un essai nucléaire, l’Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) a évoqué de nouvelles mesures visant à renforcer la «dissuasion nucléaire» du pays communiste.

Selon KCNA, ces discussions ont eu lieu au cours d’une récente réunion de la Commission militaire centrale nord-coréenne présidée par Kim Jong-un, qui a fait ainsi sa première apparition publique depuis près de trois semaines. Son absence avait suscité une vague de rumeurs sur une grave maladie ou même la mort du dirigeant nord-coréen.

Six essais réalisés par le passé

Les discussions ont porté sur «la mise en état d’alerte des forces armées stratégiques», dans le cadre «de l’accroissement et du développement des forces armées du pays», indique l’agence. Des mesures ont notamment été décidées pour «un accroissement et un développement considérables de la puissance de feu des pièces d’artillerie de l’Armée populaire de Corée».

Début 2020, Kim Jong-un avait annoncé la fin du moratoire sur les essais nucléaires et sur les essais de missiles balistiques intercontinentaux.

La Corée du Nord avait réalisé six essais nucléaires (en 2006, 2009, 2013, deux en 2016, et en 2017), s’attirant des sanctions internationales, qui ne l’ont cependant pas contrainte à abandonner son programme nucléaire.

Lire aussi:

«J’ai fait une bêtise mais elle n’a pas souffert»: l’ex-compagnon de la femme tuée à Alençon se livre
Alexeï Navalny interpellé à son retour en Russie
Un mort et plusieurs blessés après une fusillade dans l’Arizona
Une vingtaine de voyous s’attaquent aux pompiers de la Drôme avec des tirs de mortiers et des pierres
Tags:
tests nucléaires, nucléaire coréen, Kim Jong-un, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook