International
URL courte
6693
S'abonner

Le navire-citerne iranien Forest est entré dans les eaux territoriales du Venezuela. Il s’agit du deuxième pétrolier à acheminer une cargaison de carburant et des additifs pour en fabriquer dans un pays frappé par une pénurie d’essence. Comme le premier, il a été escorté par l’armée.

Forest est le deuxième pétrolier iranien à rejoindre les côtes du Venezuela, escorté par l’armée bolivarienne. Il transporte de l’essence et des additifs chimiques nécessaires pour sa fabrication.

«La marine escorte le deuxième navire iranien Forest qui se trouve déjà dans les eaux juridictionnelles de la République», annonce la marine vénézuélienne sur son compte Twitter.

Entré dans les eaux territoriales du Venezuela, il arrivera dans les prochaines heures à la raffinerie d’El Palito de la société pétrolière PDVSA.

L’information sur l’arrivée d’un deuxième navire-citerne iranien a mis les Vénézuéliens en liesse.

Le 24 mai, le tanker Fortune, premier des cinq navires (Clavel, Forest, Faxon, Fortune et Petunia), est arrivé au Venezuela.

Pénurie d’essence

En pleine pandémie de Covid-19, les sanctions américaines contre la société vénézuélienne PDVSA empêchent l'achat d'essence au Venezuela et d'additifs pour sa préparation.

Cette situation a provoqué des pénuries d'essence et des problèmes de rationnement. Pour approvisionner leurs voitures, les forces de sécurité, le personnel de santé et d'autres travailleurs essentiels doivent patienter jusqu'à 72 heures en file d'attente à Caracas, et plus encore dans d'autres États du pays.

Le 14 mai, le ministre des Affaires étrangères Jorge Arreaza a annoncé que les navires transportant de l'essence au Venezuela étaient pourchassés par le gouvernement américain.

Le Président iranien Hassan Rohani et le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif avaient averti que Washington aurait des problèmes s’il bloquait les tankers iraniens transportant du carburant vers le Venezuela.

Lire aussi:

«Danger pour la France», «guerre d’influence»: Jordan Bardella dézingue la Turquie d’Erdogan
Le centre d'enrichissement de Natanz touché par un acte «terroriste antinucléaire», selon Téhéran
Quand Erdogan dit ce que Zelensky veut entendre: des politiques criméens commentent le soutien turc
Tags:
pétrolier, Iran, Venezuela
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook