International
URL courte
9134
S'abonner

Après que la procédure de relocalisation des migrants mineurs non accompagnés de Grèce a été temporairement suspendue en raison de l'épidémie, les premiers jeunes se rendront en France début juillet, indique le gouvernement grec.

La relocalisation en France des migrants mineurs non accompagnés de Grèce a pris du retard à cause de la pandémie de coronavirus, et les 50 premiers jeunes réfugiés partiront début juillet, a annoncé lundi 25 mai le gouvernement grec.

«Les procédures de relocalisation qui s'étaient arrêtées temporairement en raison de la crise sanitaire vont démarrer de nouveau au plus vite», a souligné le ministre délégué grec à la Politique migratoire et à l'asile, Georges Koumoutsakos, dans un communiqué.

En janvier dernier, la Grèce et la France s'étaient mis d'accord sur la relocalisation de 400 demandeurs d'asile se trouvant dans les camps surpeuplés des îles grecques face à la Turquie, rappelle l'AFP.

Outre ces 400 demandeurs d'asile, le communiqué du ministère aux migrations grec évoque également la relocalisation de 350 mineurs non accompagnés.

Perturbations

«La crise du coronavirus a perturbé les relocalisations programmées mais la France reste cependant attachée à ses promesses envers la Grèce», a déclaré l'ambassadeur de France à Athènes, Patrick Maisonnave, après une rencontre lundi avec le ministre grec.

Le nombre total des enfants non accompagnés en Grèce s'élève à environ 5.200, selon les autorités grecques. Une grande majorité vit dans des conditions insalubres dans des logements non adaptés aux enfants.

Face à cette situation, plusieurs pays européens, l'Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, la Finlande, la France, l'Irlande, la Lituanie, la Serbie, la Suisse, ont décidé de participer à un programme européen volontaire de relocalisation de 1.600 enfants non accompagnés depuis la Grèce.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
«Absurdie», «gardien de prison», «incompétence»: le monde politique réagit aux annonces de Macron
Tags:
migrants, France, Grèce
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook