International
URL courte
12928
S'abonner

Invoquant la nécessité de lutter contre les fausses informations sur le Covid-19 et d’éviter la prolifération d’applications douteuses, Google nettoie son Play Store de certains programmes destinés aux smartphones gérés par Android, selon Franceinfo. Seule la parole officielle a désormais droit de cité sur la plateforme.

Google a décidé de suspendre de sa plateforme toute application faisant référence au coronavirus, rapporte Franceinfo.

Le prétexte en serait la lutte contre les fausses informations dans le contexte de la pandémie et la prolifération d’applications douteuses. Désormais seules quelques applications validées par des organismes officiels comme l’OMS ou la Croix-Rouge sont accessibles sur Play Store pour les smartphones exploitant Android.

Une application, Podcast Addict, a été rétablie après que son administrateur a fait appel de cette décision.

La cellule investigation de Radio France signale cependant que le rétablissement de Podcast Addict n’est que l’arbre qui cache la forêt et que «la nouvelle politique de Google a contribué à écarter de son Play Store de nombreux autres développeurs qui n’ont rien à voir avec l’abus d’une situation de crise, ou la propagation de fausses nouvelles».

La liberté d’expression mise en cause

«Sur le principe, ce n’est pas acceptable. C’est aussi la liberté d’expression qui est en cause dans cette affaire», a commenté à Franceinfo Tim Autin, auteur de l’application de randonnée suspendue E-walk.

Franceinfo s’interroge sur le sens d’une telle approche étant donné que le moteur de recherche de Google se nourrit d’informations sur l’épidémie du Covid-19 qui constitue une source de revenus importante.

«D’un côté, donc, tout peut être dit et publié, tandis que sur les smartphones, seuls les gouvernements détiendraient la vérité?», conclut le média.

Lire aussi:

Santé publique France dévoile la carte des zones les plus touchées par le Covid-19 - photo
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Une enseignante estime que Samuel Paty a «provoqué» l’acte terroriste
Vitres brisées, tags, menaces: des mosquées ciblées à Bordeaux et Béziers - images
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook