International
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (276)
21394
S'abonner

L’ambassadeur américain en Allemagne a brandi la menace de nouvelles sanctions censées empêcher la mise en exploitation du gazoduc Nord Stream 2.

Le Congrès des États-Unis pourrait adopter de nouvelles sanctions visant le gazoduc Nord Stream 2, a annoncé l’ambassadeur américain à Berlin, Richard Grenell.

«Les deux partis soutiennent l’instauration de nouvelles sanctions. En dépit de la lutte préélectorale, l’adoption d’une telle loi peut se faire vite», a fait savoir le diplomate dans un entretien accordé au journal Handelsblatt.

Selon lui, les éventuelles sanctions auraient pour objectif d’empêcher la mise en service du gazoduc. L’ambassadeur a également appelé Berlin à reconsidérer sa politique à l’égard de Moscou.

Une porte-parole du ministre allemand de l’Économie et de l’Énergie Peter Altmaier a réagi aux déclarations du diplomate, les jugeant déplacées dans le contexte de la pandémie due au coronavirus.

Chroniques de la résistance

Fin 2019, Washington a adopté un budget de défense qui prévoit l’instauration de sanctions à l’encontre des compagnies impliquées dans la construction du gazoduc Nord Stream 2. La société suisse Allseas, engagée dans le projet, a immédiatement rappelé ses bateaux.

Plus tôt en mai, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait déclaré que les obstacles amoncelés devant le projet de gazoduc entraîneraient la montée du prix du gaz pour les membres de l’Union européenne.

La Russie compte toujours mettre en exploitation le Nord Stream 2 au premier trimestre 2021 au plus tard.

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (276)

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Tags:
sanctions, États-Unis, Russie, Allemagne, Nord Stream 2
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook