International
URL courte
3238
S'abonner

Un post du Président américain sur le vote par correspondance a reçu pour la première fois un avertissement automatique de vérification des faits par Twitter. Selon Donald Trump, le réseau social «étouffe complètement la liberté d’expression» et «s’immisce dans l’élection présidentielle de 2020».

Un message de Donald Trump affirmant que le vote par correspondance donnait lieu à de nombreuses fraudes a été notifié par Twitter comme nécessitant une vérification des faits.

«En aucune façon (zéro!) les bulletins de vote par correspondance ne peuvent être autre chose que substantiellement frauduleux. Les boîtes aux lettres seront volées, les bulletins de vote seront falsifiés et même imprimés illégalement et signés frauduleusement. Le gouverneur de Californie envoie des bulletins de vote à des millions de personnes, n'importe qui ...», a tweeté le Président américain.

Dans le cadre de sa nouvelle politique sur les fausses informations, Twitter a accompagné ce message et un message ultérieur d’une étiquette d’avertissement.

Ingérence dans la présidentielle

Donald Trump a répondu par un autre tweet affirmant que Twitter «étouffe complètement la liberté d’expression» et «s’immisce dans l’élection présidentielle de 2020».

«Et moi, en tant que Président, je ne permettrai pas que cela se produise!», a-t-il martelé.

Le lien de Twitter dirige les utilisateurs vers une page sur laquelle les déclarations de Donald Trump concernant les bulletins de vote par correspondance sont décrites comme «non fondées» en se référant à des reportages de CNN, du Washington Post et d’autres.

Lire aussi:

L’évolution des revenus de Jean Castex évaluée par Franceinfo
Ce pays européen a été désigné par la Chine comme possible point d’origine du coronavirus
Un médecin explique pourquoi il est déconseillé de se laver à l’eau froide
La LDNA, mouvement pour la défense des Africains, espère la dissolution de l’Église catholique
Tags:
avertissement, Twitter, Inc, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook