International
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (260)
9536
S'abonner

Nord Stream 2 AG, l’opérateur du gazoduc éponyme en construction, a condamné les menaces des États-Unis de nouvelles sanctions contre les sociétés qui entretiennent les pipelines.

Les menaces de sanctions contre le projet de gazoduc Nord Stream 2 constituent une discrimination à l'encontre des entreprises européennes, a déclaré à la presse l'opérateur du projet en question, Nord Stream 2 AG.

«Toute menace de sanctions est une discrimination illégale à l'encontre des entreprises européennes. Nous sommes d'accord avec la Commission européenne sur le fait que les sanctions extraterritoriales constituent une violation du droit international et que les politiques et les pratiques de l'UE ne devraient pas être définies par celles-ci», a déclaré la société.

Nord Stream 2 et les partenaires du projet continuent de croire qu’un lancement rapide du gazoduc correspond aux intérêts des consommateurs européens à la sécurité énergétique européenne et à la compétitivité économique de l’UE, a également souligné l’opérateur.

Menaces de sanctions

L'ambassadeur sortant des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, a déclaré le 26 mai que le Congrès américain pourrait bientôt adopter de nouvelles sanctions contre Nord Stream 2. Malgré la campagne électorale qui bat son plein, l’adoption de nouvelles lois ad hoc pourrait s’effectuer rapidement, a-t-il déclaré dans une interview au quotidien allemand Handelsblatt.

Selon le diplomate, l’objectif de ces éventuelles sanctions est d’empêcher la Russie de mettre en exploitation le pipeline. Il n’a pas précisé quelle forme pourraient prendre les nouvelles sanctions. Une possibilité serait de menacer d'amendes les entreprises qui entretiennent les pipelines.

M.Grenell a également appelé le gouvernement allemand à repenser fondamentalement sa politique à l'égard de la Russie. L'Allemagne, qui n’apporte pas suffisamment d’argent dans le budget de l'Otan, «doit cesser de nourrir la bête», a-t-il déclaré au Handelsblatt.

Réaction de Berlin

Cependant, Berlin s’est montré critique vis-à-vis de cette position du diplomate américain. «Le moment où la pandémie de coronavirus exerce une pression énorme sur les pays du monde entier n'est pas le moment de monter la spirale de l'escalade et de menacer de nouvelles sanctions extraterritoriales contraires au droit international», a déclaré au Handelsblatt le porte-parole du ministre de l'Économie.

La Russie espère mettre en exploitation le Nord Stream 2 au premier trimestre 2021 au plus tard.

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (260)

Lire aussi:

Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Une fillette de 3 ans étranglée par sa mère de 19 ans en train de hurler «Jésus de Nazareth»
Assassinat du général Soleimani: «les Américains se prennent pour les maîtres du monde», selon Tahhan
Tags:
Nord Stream 2, gazoduc, États-Unis, sanctions, Nord Stream 2 AG
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook