International
URL courte
Gazoduc Nord Stream 2 (273)
2318920
S'abonner

La diplomatie allemande a jugé inopportune l’éventuelle adoption par le Congrès américain de nouvelles sanctions visant à empêcher la mise en service du gazoduc Nord Stream 2 en Europe.

Ce n’est pas le bon moment pour durcir les sanctions américaines contre le gazoduc Nord Stream 2, alors qu’il y a d’autres problèmes à régler, a déclaré mercredi 27 mai la porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Maria Adebahr, lors d’un point presse à Berlin.

«Si nous parlons d'avancées concrètes sur le projet, il est logique de contacter l'entreprise. Pour ce qui est des sanctions, je peux répéter ce qu’on a dit hier: à notre avis, il n’est pas temps de déclencher la spirale de l'escalade et de menacer par de nouvelles sanctions, nous avons d’autres problèmes», a indiqué Mme Adebahr.

L’Allemagne a déjà critiqué les sanctions visant le Nord Stream 2, qu’elle considère comme un projet économique qui ne doit donc pas être frappé par des sanctions extraterritoriales. La porte-parole adjointe du gouvernement fédéral allemand, Ulrike Demmer, a déclaré mardi 26 mai que la position de Berlin à l’égard du Nord Stream 2 restait inchangée.

L'ambassadeur des États-Unis en Allemagne, Richard Grenell, a déclaré le 26 mai au quotidien allemand Handelsblatt que le Congrès américain pourrait adopter de nouvelles sanctions contre le Nord Stream 2 malgré la campagne électorale. Washington pourrait notamment imposer des amendes aux entreprises qui assurent la maintenance technique du pipeline pour empêcher son entrée en service.

États-Unis vs Nord Stream 2

Le projet Nord Stream 2 prévoit la pose de deux conduites d’une capacité totale de 55 milliards de m3 de gaz par an, qui relieront la côte russe à l’Allemagne via le fond de la mer Baltique. Les États-Unis, qui font la promotion de leur gaz liquéfié en Europe, ainsi que l’Ukraine et d’autres pays européens s’opposent à la réalisation du projet.

En décembre, les États-Unis ont adopté le budget Défense pour l’année fiscale 2020, qui prévoit entre autres des sanctions contre les entreprises liées à la construction des gazoducs Nord Stream 2 et Turkish Stream. La société suisse Allseas, chargée de poser les tubes du Nord Stream 2, a alors retiré ses bateaux de la mer Baltique. La Russie continue les travaux seule.

Dossier:
Gazoduc Nord Stream 2 (273)

Lire aussi:

Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
Le seuil des 52.000 nouveaux cas journaliers de Covid-19 dépassé en France
L'évacuation policière de la terrasse d’un bar parisien fait polémique – vidéo
Tags:
sanctions, Nord Stream 2, États-Unis, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook