International
URL courte
10116
S'abonner

Près de deux milliards de personnes à travers le monde risquent de perdre prochainement leur emploi ou de passer en temps partiel à cause de la pandémie qui fait des ravages sur le marché du travail, indique une étude de Boston Consulting Group, consultée par RIA Novosti. Le taux de chômage mondial pourrait atteindre 17%.

Une personne sur six dans le monde risque de perdre son travail au cours des deux ou trois prochains mois en raison des conséquences de la pandémie, tandis que près de deux milliards d’individus pourraient se retrouver au chômage ou passer en temps partiel cette année, fait savoir une étude de Boston Consulting Group (BSG) dont RIA Novosti a pris connaissance.

«Il est difficile de faire une estimation exagérée des changements drastiques sur le marché du travail global suscités par la crise sanitaire de la pandémie du Covid-19. Une étude de BCG montre que plus de 1,9 milliard de personnes, soit plus de la moitié de la main-d’œuvre mondiale, seront touchées par son impact. Ils risquent de perdre leur emploi ou de passer en temps partiel», indiquent les auteurs de l’étude.

«Il est fort probable qu’une personne sur six dans le monde se retrouve privée d’emploi dans les deux ou trois prochains mois, avec un taux de chômage qui dépasse 17%», poursuivent-ils.

Ainsi, la perte de revenus à l’échelle mondiale atteindra 3.400 milliards de dollars (3.064 milliards d’euros environ), selon les prévisions de l’Organisation internationale du travail (OIT), citées dans l’étude.

Secteurs les plus touchés

Les conséquences de la pandémie seront différentes en fonction des activités, précise BCG. Frappées directement par les mesures de confinement, certaines seront plus touchées. Plus de 80% de tous les licenciements temporaires se produiront dans le commerce de détail non alimentaire, dans le secteur manufacturier, la restauration et l’hôtellerie, ainsi que dans le tourisme et la construction, indique l’étude.

Bien que des experts s’attendent à ce que le taux de chômage revienne à l’équilibre d’ici fin 2020, la pandémie a déjà déclenché un processus de changements structuraux à long terme, notamment, la mise en place de schémas de travail souples, du télétravail de masse et du renforcement de l’automatisation. Toutes ces transformations toucheraient près de 1,5 milliard d’emplois au cours de la prochaine décennie, avance BCG.

C’est la raison pour laquelle la société propose d’appliquer nombre d’efforts pour soutenir les travailleurs:

«Afin d’éviter une situation de blocage de l’offre sur le marché du travail, il sera indispensable d’appliquer un maximum d’efforts pendant les prochains trois ou six mois pour soutenir les travailleurs, et de mettre en place les mesures qui sont déjà adoptées par certains gouvernements», ajoutent les auteurs.

Il s’agit notamment de la subvention des salaires, d’allégements financiers et fiscaux et de la redistribution temporaire des tâches de travail.

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Tags:
pandémie, emploi, travail, chômage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook