International
URL courte
3192
S'abonner

Des «conséquences désastreuses» menacent les Libyens et leur pays si la crise, que Moscou qualifie de «systémique», se prolonge, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, soulignant que la Russie estimait qu’il n’y avait pas de solution militaire à cette situation.

La poursuite de la crise systémique en Libye risque d’entraîner des conséquences catastrophiques, selon Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous sommes convaincus que le prolongement de la crise actuelle, et nous la décrivons comme une crise systémique, menace la Libye et son peuple, depuis longtemps, de conséquences désastreuses», a-t-elle indiqué lors d'une conférence en direct du Club diplomatique de Moscou.

Elle a souligné que la communauté internationale devait faire tout son possible pour aider les Libyens à surmonter cette situation.

Pas de solution militaire

Moscou insiste sur le fait qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise en Libye, d’après Maria Zakharova. Elle a précisé que la situation en Libye continuait de se dégrader, que la trêve y était définitivement rompue, et que la situation au sol était aujourd'hui très différente de celle qui existait au moment de la fin des affrontements armés. Selon elle, grâce à une aide extérieure massive, l'équilibre des pouvoirs a changé.

«La Russie continuera à mettre l'accent sur l'absence de perspective et d'efficacité d'une solution militaire, sur une absence d’alternatives à un règlement politique et sur la nécessité de respecter strictement les décisions qui ont déjà été prises concernant la Libye», a conclu Maria Zakharova.

Lire aussi:

Ces départements qui pourraient être déconfinés avant les autres
Poutine conseille aux autres pays de ne pas «franchir la ligne rouge» avec la Russie
Attentat de Nice: un complice présumé de l'assaillant arrêté en Italie
Poutine évoque les nouvelles armes bientôt en service opérationnel dans l’armée russe
Tags:
politique, Libye
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook