International
URL courte
8919
S'abonner

Un ministre tunisien a indiqué être actuellement bloqué en France, où il s'était rendu pour célébrer en famille la fin du jeûne du ramadan (Aïd el-Fitr), il y a une semaine, mais a assuré être en mesure de gérer son ministère à distance, relate l’AFP.

Mongi Marzouk, ministre de l'Énergie et des Mines, a dit sur sa page Facebook avoir été contraint de rester en France après l'annulation par Tunisair de son vol retour.

À ce jour, du fait des mesures prises contre la pandémie de Covid-19, l'espace aérien tunisien reste fermé, et seuls des vols de rapatriement sont organisés.

Son travail continue

Commentant sa situation, le ministre a assuré que cela ne l'empêchait pas «de continuer à gérer les affaires du ministère et de suivre l'équipe et les réunions à distance, et de communiquer constamment avec les cadres du ministère». «J'attends de rentrer à la maison dès que possible», a-t-il ajouté, précisant qu'il se soumettrait aux procédures de quarantaine.

Cette publication a toutefois suscité des critiques sur les réseaux sociaux, certains internautes dénonçant un «comportement irresponsable» pour «un homme d'État».

M. Marzouk, entré en fonctions fin février 2020, a en revanche reçu le soutien de l'ancien ministre du Commerce, Mohsen Hassan, qui a jugé les attaques «déplacées».

L'épidémie de nouveau coronavirus a marqué le pas en Tunisie, avec peu de nouveaux malades officiellement identifiés et 48 décès au total depuis le début. Les autorités ont en conséquence commencé à lever les mesures de confinement strictes prises dès la mi-mars.

L'isolement hors du domicile reste obligatoire pour les personnes arrivant de l'étranger.

Lire aussi:

L’Égypte a besoin d’armes, la France répondra-t-elle présente?
Didier Raoult interpelle l'OMS sur le remdesivir et en dénonce les effets secondaires
Assassinat du général Soleimani: «les Américains se prennent pour les maîtres du monde», selon Tahhan
Tags:
France, l’Aïd, Tunisie, ministre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook