International
URL courte
3212314
S'abonner

Alors que les tensions entre la Chine et les États-Unis sont encore montées d’un cran avec la pandémie de Covid-19, la diplomatie chinoise opte pour une jeune garde surnommée les «loups soldats» de la politique étrangère, relate France 24.

Dimanche 31 mai, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a déclaré aux journalistes que la Chine «allait répondre à toute insulte et défendre son honneur et sa dignité partout».

Ces réponses seront dorénavant données via une nouvelle forme de diplomatie agressive dite des Wolf Warriors, des loups guerriers, dans laquelle les diplomates deviennent des soldats assignés à la défense des intérêts et de l’image de la nation.

Dans un éditorial de début mai, le tabloïde chinois Global Times avait déclaré que le peuple «n’était plus satisfait d’un ton diplomamtique flasque» et que l’Occident aurait désormais affaire à une nouvelle diplomatie chinoise «Wolf Warrior».

Inspirée par les exploits du Rambo chinois

Le terme provient du nom d’un film glorifiant les exploits du Rambo chinois, Leng Feng, qui se bat dans Wolf Warrior (2015) et Wolf Warrior 2 (2017) contre les Américains et libère ses compatriotes pris en otages ou emprisonnés en Afrique.

Les diplomates de cette nouvelle vague lancent des salves de tweets et de messages diplomatiques se retenant peu et étant durs.

Parmi ces «loups soldats», France 24 cite Zhao Lijian, devenu le porte-parole star du ministère des Affaires étrangères, l'un des principaux promoteurs de la théorie  selon laquelle les États-Unis sont responsables de l’épidémie de coronavirus.

Selon la chaîne, mercredi 3 juin, il a taclé le Royaume-Uni, en lui signifiant qu’il n’avait pas son mot à dire dans le dossier hongkongais.

Ou encore parmi ces exemples l’ambassadeur chinois en Suède, Gui Congyo, qui s’en est pris, en avril, à des médias jugés trop critiques envers Pékin et a comparé les journalistes suédois à des boxeurs «poids légers» qui essaient de monter sur le ring contre «un poids lourd».

Une volonté de Xi Jinping

Le Président chinois considère que «le temps est venu pour la Chine de montrer sa force pour reprendre la place qui lui revient sur la scène internationale et, pour ce faire, il a décidé de mettre de côté les préceptes de Deng Xiaoping», signale Jean-Philippe Béja, sinologue au Centre de recherche internationale (CERI) de Sciences-Po Paris, contacté par France 24.

Selon la politologue allemande Mareike Ohlberg, du German Marshall Fund, la pandémie de Covid-19 a «accéléré le processus, forçant la Chine à adopter une communication de crise».

Lire aussi:

Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Cas de Covid-19 importés d’Algérie: «on donne le bâton pour se faire battre»
Macron a déjà contredit Castex sur le remaniement, moins de 48 heures après sa nomination
Tags:
diplomatie, Xi Jinping, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook