International
URL courte
3514610
S'abonner

L’aviation israélienne a visé la ville syrienne de Masyaf, dans le gouvernorat de Hama. L’attaque a été repoussée par les moyens de défense antiaérienne syriens, a annoncé l'agence d'information syrienne Sana.

La défense antiaérienne syrienne a repoussé jeudi 4 juin, vers 21h25, un raid israélien sur la ville de Masyaf, dans la province de Hama, a déclaré l'agence d'information syrienne Sana.

«Nos systèmes de défense antiaérienne ont repoussé une agression d’Israël dans le ciel de Masyaf, dans le gouvernorat de Hama», a indiqué Sana.

Selon l'agence de presse, les avions se trouvant dans l'espace aérien libanais, avaient pris pour cible un site militaire syrien près de Masyaf. Le raid a causé des dégâts matériels mais n’a pas fait de victimes.

Les médias libanais avaient précédemment annoncé que des avions de l’Armée de l’air israélienne avaient violé l’espace aérien du Liban. Selon eux, des chasseurs israéliens avaient survolé les villes de Byblos et de Keserwan à basse altitude.

Israël se refuse à tout commentaire

L'Armée israélienne n'a pas encore commenté ces informations.

«Nous ne commentons pas les informations diffusées par les médias étrangers», a indiqué Tsahal à Sputnik.

Toutefois, les médias israéliens parlent eux aussi d’une frappe aérienne contre Masyaf.

Israël mène de temps en temps des opérations similaires qui visent généralement les conseillers militaires iraniens aidant Damas, ainsi que les combattants du mouvement libanais Hezbollah se trouvant au Liban.

Lire aussi:

En continu: Erevan affirme qu'un de ses avions a été abattu par un F-16 turc, la Turquie dément
«C’est une guerre» au Haut-Karabakh et elle engage un grand nombre de militaires, déclare l’Arménie
«Volonté de punir»: Macron multiplie les assassinats à l’étranger, assure une nouvelle enquête
Éric Dupond-Moretti accusé de «conflit d’intérêts»: la bronca des magistrats, justifiée?
Tags:
SANA, armée gouvernementale syrienne, Israël, Syrie, Masyaf, Hama
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook