International
URL courte
3112
S'abonner

L’Iran a déclaré le 10 juin à l’Organisation de l’aviation civile internationale qu’il enverrait à Paris les boîtes noires du Boeing ukrainien abattu près de Téhéran, si les autres pays impliqués dans l’enquête étaient d’accord, selon Reuters.

Téhéran a informé l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) que le pays était disposé à envoyer les boîtes noires du Boeing ukrainien à Paris pour analyse à condition que les autres participants à l’enquête soient d’accord, rapporte Reuters qui se réfère à deux sources proches du dossier.

Les autres pays concernés sont l'Ukraine, le Canada et les États-Unis.

«L’Iran a déclaré qu’il les [boîtes noires] enverrait bientôt à Paris sous réserve de l’accord des États impliqués dans l’enquête», a signalé à Reuters une de ses sources.

Crash du Boeing 737-800 de Ukraine Airlines International près de Téhéran
© Sputnik . Société du Croissant-Rouge de la République islamique d'Iran
L’agence ISNA avait précédemment annoncé que l’Iran avait décidé de ne pas envoyer les boîtes noires en Ukraine, mais qu’un autre pays pourrait les recevoir, comme la France.

Pris pour un missile de croisière

Dans la nuit du 7 au 8 janvier, un missile iranien a détruit un Boeing 737-800 ukrainien avec 176 personnes à bord peu après son décollage de Téhéran et à destination de Kiev.

La partie iranienne a d’abord justifié le drame par une faille technique survenue à bord de l’aéronef, avant d’assumer sa responsabilité le 11 janvier.

Selon les militaires iraniens, l’avion a volé près d’un site militaire iranien et a été pris pour une «cible ennemie», à savoir un missile de croisière.

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
boîte noire, France, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook