International
URL courte
112316
S'abonner

Trois militaires indiens ont été tués lors d'un face-à-face avec les troupes chinoises à la frontière entre les deux États. Réagissant à ce drame, Pékin a exhorté New Delhi à mettre immédiatement fin à ces «provocations» et à reprendre le dialogue pour résoudre les différends.

La Chine appelle l'Inde à cesser toutes les «actions provocatrices» dans la région frontalière du Ladakh, où un officier et deux soldats indiens ont été tués lors des affrontements survenus ce 16 juin.

«Nous demandons à la partie indienne de cesser immédiatement toutes les actions provocatrices qui violent les droits [de la Chine, ndlr.], de rencontrer la partie chinoise, de reprendre la voie du dialogue pour résoudre les divergences existantes», est–il indiqué dans un communiqué des Forces armées de la Chine. 

Le représentant de l’armée chinoise, Zhang Shuili, a également souligné que ce territoire appartenait historiquement à son pays et que les actions des soldats indiens avaient gravement violé les accords entre les deux parties sur les questions frontalières, en plus de saper les relations entre les armées respectives.

Plus tôt, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, Zhao Lijiang, avait déclaré que la Chine avait protesté auprès de l’Inde et lui avait remis une note diplomatique à propos d'un nouvel incident à la frontière.

Un face-à-face violent

À la suite des affrontements qui ont éclaté à la frontière dans la nuit du 15 au 16 juin, un officier et deux soldats indiens ont été tués. Les faits se sont déroulés en plein processus de désescalade dans la vallée de Galwan. 

Pékin a imputé la responsabilité à New Delhi, en affirmant que ses soldats avaient franchi à deux reprises la frontière contestée et avait «attaqué» des militaires chinois.

Tensions entre l'Inde et la Chine

Début mai, des affrontements à coups de poing, pierres et bâtons avaient opposé des soldats des deux pays dans la région du Sikkim (est de l'Inde). Les heurts avaient fait plusieurs blessés.

Les troupes chinoises avaient aussi avancé dans des zones considérées par l'Inde comme situées sur son territoire au Ladakh, poussant New Delhi à dépêcher des renforts dans la région.

L'Inde et la Chine ont plusieurs litiges territoriaux de longue date, dans les secteurs du Ladakh et de l'Arunachal Pradesh (est).

Le dernier conflit ouvert entre les deux nations les plus peuplées de la planète remonte à la guerre-éclair de 1962 dans l'Himalaya, qui avait vu les troupes indiennes rapidement défaites par l'armée chinoise.

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan s’intensifie dans le Haut-Karabagh
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
frontière, militaires, New Delhi, Pékin, Inde, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook