International
URL courte
6195
S'abonner

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a rendu publique une alternative à l'«accord du siècle» américain, soumis au Quartet pour le Proche-Orient. Le plan palestinien prévoit la création d’«un État palestinien souverain, indépendant et démilitarisé». Deux analystes en évaluent les perspectives pour Sputnik.

Présentant aux journalistes le plan de «contre-proposition» à l'«accord du siècle» américain pour le règlement au Proche-Orient, le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a tenu à souligner que l’alternative proposée par la Palestine, qui met en avant la création d’«un État palestinien souverain, indépendant et démilitarisé», n’exclut toutefois pas, si besoin, des «modifications de frontière», à condition évidemment d’un échange équitable du point de vue des dimensions et de la valeur des territoires.

S’agit-il d’un plan acceptable?

La proposition palestinienne est de loin plus acceptable que l’«accord du siècle» avancé par les États-Unis parce qu’elle correspond à toutes les normes du droit international, a déclaré à Sputnik Fayez Abu Ayta, secrétaire du Conseil révolutionnaire du mouvement palestinien Fatah.

«La proposition de la Palestine prévoit la création d’un État palestinien souverain et indépendant sur la base des résolution des Nations unies et d’autres instruments du droit international. À mon avis, le Quartet pour le Proche-Orient, tout comme d’ailleurs la plupart des pays du monde, approuve justement ce plan. À ce jour, seuls les États-Unis et Israël s’opposent aux intérêts du monde entier. Ils sont seuls prêts à anéantir l’État palestinien», a expliqué l’interlocuteur de l’agence.

Selon ce dernier, si la communauté internationale soutient la Palestine dans la mise en œuvre de son plan, le monde verra déjà dans quelques années un État palestinien prospère et en plein essor.

Quel est le bien-fondé de l’alternative palestinienne?

La principale différence de l’alternative palestinienne par rapport à l’«accord du siècle» américano-israélien consiste dans sa stricte conformité au droit international, ce qui implique une plus grande légitimité, a indiqué un autre interlocuteur de Sputnik, Usama Shaat, professeur de sciences politiques à l’université al-Qods.

«Ce plan est une tentative d’infirmer les déclarations américaines et israéliennes sur l’absence d’alternative pour régler le problème israélo-palestinien. Ce plan proclame aussi les droits des Palestiniens à leurs propres terres, sans parler déjà de leurs droits aux territoires occupés après 1967. La Palestine n’entend pas non plus renoncer à sa capitale à Jérusalem-Est», a martelé le politologue.

Et d’ajouter que la communauté internationale n’accepterait pas le plan d’annexion israélien.

«Aussi, le plan palestinien a beaucoup plus de chances de reconnaissance internationale. Et nous espérons sa réalisation», a résumé l’universitaire.

Lire aussi:

«Ce n’est pas à l’Azerbaïdjan de faire la loi en France!»: une maire menacée pendant des années par Bakou
Moscou invite Washington à sauver les Américains au lieu de lutter contre le vaccin russe
La maire d’Aix-en-Provence invite Véran à «la fermer» après l’annonce de nouvelles mesures visant sa ville
Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Tags:
Proche-Orient, États-Unis, Israël, Palestine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook