International
URL courte
51330
S'abonner

Le ministère turc de la Défense a annoncé ce dimanche 21 juin avoir envoyé des commandos supplémentaires dans le Kurdistan irakien, où la Turquie mène une opération contre le Parti des travailleurs du Kurdistan.

La Turquie continue son opération Griffe de tigre débutée lundi 15 juin dans le nord de l’Irak contre les combattants du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Ainsi ce dimanche 21 juin, la Défense turque a annoncé sur Twitter que ses commandos avaient traversé la frontière avec l’Irak pour rejoindre les forces de l’opération.

Dans la vidéo qui accompagne le tweet, il est possible de voir des militaires préparer leur sac à dos avec leur équipement qui pèse, selon le ministère, 40 kilogrammes. Le nombre exact des militaires en question n’est pas précisé.

​L’opération turque

Lundi 15 juin, le ministère turc de la Défense a annoncé que l'armée de l'air avait mené une importante opération aérienne dans le nord de l'Irak, détruisant 81 cibles du PKK. Le jour suivant, l'armée turque a lancé une opération terrestre impliquant de l'artillerie et des forces spéciales. Le commandement conjoint des forces armées irakiennes a condamné l'invasion de l'aviation turque, la considérant comme une violation de la souveraineté du pays.

Selon Ankara, après la reprise du conflit armé entre la Turquie et le PKK en juillet 2015, environ 1.000 militaires et policiers ainsi que 500 civils turcs ont été tués à la suite d'attaques de rebelles kurdes. La partie turque affirme également avoir neutralisé, sur une période de cinq ans, plus de 10.000 membres du PKK lors d’opérations aériennes et terrestres contre les bases du PKK situées dans le nord de l'Irak.

Lire aussi:

Les chiens d’Abidjan frappés par une épidémie mortelle
«Les gens ne veulent pas travailler»: au Canada, l’aide d’urgence, trappe à l’emploi?
Marine Le Pen réagit aux propos du Président algérien réclamant des excuses pour la colonisation
Tags:
Kurdistan irakien, Kurdistan, Irak, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook