International
URL courte
33610
S'abonner

Une embarcation a fait naufrage sur la côte est de l'Australie, faisant deux victimes. Deux rescapés ont dû nager durant quatre heures puis marcher six kilomètres pour rallier le littoral et donner l’alerte.

Un fils a dû laisser les corps de ses parents derrière lui après un naufrage et rejoindre la côte australienne, rapporte la chaîne Nine News Perth, ce mercredi 17 juin.

Ryan Oostryck était en effet parti pêcher dans le secteur de Coral Bay, accompagné de ses parents et de sa petite amie, lorsque deux violentes vagues ont fait chavirer leur esquif de six mètres. Les passagers n’ont pas eu le temps d’émettre un signal de détresse.

Les parents de Ryan ont perdu conscience et ont été piégés sous l’eau quelques instants. Pendant 20 à 30 minutes, Ryan et sa compagne ont essayé de les réanimer, sans succès. Ils ont alors pris la décision d’attacher les corps à l’embarcation, avant de rallier la côte à la nage, rapporte le média news.com.au.

4 heures à la nage, 6 km à pied

Le jeune couple a dû nager trois kilomètres, puis marcher encore six kilomètres dans une région isolée de Gascoyne, pour trouver du secours. D’importants moyens ont alors été mis en œuvre pour retrouver l’embarcation. Les corps des deux parents ont été finalement été retrouvés à proximité du bateau, après une nuit de recherches.

Les autorités tentent de faire la lumière sur les circonstances de l’accident et sur la nature des vagues ayant fait chavirer l’embarcation.

«Je ne suis pas au courant de la taille réelle des vagues et je ne sais pas si elles pourraient être classées comme des vagues scélérates, mais elles étaient certainement assez fortes pour renverser le bateau et le faire chavirer», a déclaré le surintendant du District de Pilbara, Mark Flesken.

Lire aussi:

Alexandre Benalla hospitalisé à Paris
Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés – images
Nagui accusé d’être le responsable des mutilations de chevaux
Tags:
bateau, accident, Australie, naufrage
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook